Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

30/12/2009

Genre et lutte contre les violences

Marie-Ange Lukiana a encore plaidé la cause des femmes violées

Kinshasa — En gardienne du temple, la Ministre du Genre, de la Famille et de l'Enfant, Marie-Ange Lukiana, est toujours prête à défendre la femme et l'enfant, quoi qu'il en soit. Pour cela, non seulement elle met au profit toute occasion qui s'offre, mais, elle est prête à faire flèche de tout bois, pour contrer toute violence faite à la femme. Devant les députés nationaux, Madame la Ministre a sonné le tocsin, en appelant tout le monde à barrer la route aux crimes sexuels.

L'occasion était trop belle à l'hémicycle le 10 décembre 2009, pour ne pas être ratée par Marie-Ange Lukiana, la Ministre du Genre, de la Famille et de l'Enfant. La Conférence Parlementaire Internationale sur la Justice et la Paix en RDC, dans la région des Grands Lacs et en Afrique Centrale, a été un véritable créneau pour Madame la Ministre.

En ce jour de commémoration de la Journée Internationale des Droits de l'Homme, devant les Députés, Sénateurs, ministres et le Directeur du Bureau Conjoint OHCHR-MONUC, Marie-Ange Lukiana, comme d'habitude, a encore plaidé la cause de la femme et de l'enfant. Pour cette opportunité lui offerte, d'entrée de jeu, la Ministre du GFE a salué la tenue de la conférence, en souhaitant la bienvenue au Président de la Cour Pénale Internationale. Tout en espérant que la rencontre va consolider les assises de la lutte contre la violence faite à la femme et à l'enfant, la ministre n'a pas caché son voeu de la mise en place d'un mécanisme réparateur. Et ce, conformément au Toujours à l'avant-plan de la lutte, Mme la Ministre a brossé un tableau sombre du phénomène des violences que connaissent les femmes et les filles, dans les situations de conflit. « Des centaines de milliers de femmes et filles au Congo ont été violées, agressées sexuellement, attaquées et enlevées ; des femmes et des filles ont été ciblées par les troupes d'agression ainsi que les bandes armées étrangères et nationales à des niveaux de brutalité sans précédent », à déploré, malheureusement la Ministre. Pourtant, avec comme genèse le génocide rwandais de 1994, et la vague des réfugiés à l'Est, le cycle de violence qui avait commencé, avait comme autre arme redoutable, la violence sexuelle.

droit international et à la législation nationale.

Dans ce travers, les enfants y ont étaient malencontreusement associés. Tenant compte des actes ignominieux que les femmes et jeunes filles ont subis, on ne peut autrement qualifier ces actes que de criminalité délibérée avec intention de tuer. Mesures législatives et politiques prises au pays La Ministre Lukiana, elle-même au four et au moulin, sous sa férule, le pays a adhéré aux conventions internationales et résolutions de l'ONU telle que la 1325, la 1820, la 1612 et la 1880. Il y a notamment l'effort du Président de la République, Joseph Kabila, qui a était très significatif. L'article 14 de la Constitution de la République, la tolérance zéro, la loi sur le VIH/SIDA et la loi portant protection de l'enfant, sont autant des mesures de défense. Il y a aussi le FONAFEN, l'AVIFEN, STAREC et bien d'autres, sans oublier le fameux « JE DENONCE ».

En se référant aux propos de Hillary Clinton, Lukiana Mufwankolo, indique que les violences sexuelles utilisées massivement comme arme de guerre en RDC, touchent les questions sécuritaires tant au niveau national qu'international. Par conséquent, quel que soit le mécanisme à envisager à l'issue de la conférence, l'important serait de prévoir la réparation en faveur des victimes. D'autre part, le viol massif doit être traité avec rigueur comme tout crime commis contre l'humanité. Toujours solidaire, Mme appelle les Honorables Députés à se joindre en leur manière, à la lutte. Ne dit-on pas que l'union fait la force ?

Publié le 15 Déc.2009 sur le site de IRIN/L’expression

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.