Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

20/01/2010

Monuc

CONFERENCE  DE PRESSE MONUC DU MERCREDI 20 JANVIER 2010

Par Madnodje Mounoubai, Porte-parole (PIO-MONUC):

Madnodje Mounoubai.jpg

 Bonjour, mesdemoiselles. Bonjour, messieurs.

Bonjour à nos auditeurs de la Radio Okapi qui nous suivent en direct.

 

La conférence de presse de ce jour sera animée par le Lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich, chef de l’Information Publique Militaire, notre collègue Stefania Trassari d’OCHA pour des questions humanitaires et moi-même Madnodje Mounoubai, porte-parole de la MONUC.

 

Je suis heureux de me retrouver à nouveau avec vous après quelques semaines de vacances. Je voudrais donc et avant tout souhaiter à chacun de vous et à vos familles respectives une bonne et heureuse année 2010.

 

Au cours de cette rencontre, nous traiterons des points suivants:

-         Visite du Représentant Spécial (SRSG) et du commandant de la Force de la MONUC au Nord-Kivu ;

-         Evaluation de Kimia II

-         Activités de la MONUC

-         Situation militaire

-         Situation humanitaire

 

Nous allons commencer cette conférence de presse par saluer le geste de solidarité du gouvernement de la RDC, qui a annoncé une contribution de 2,5 millions de dollars américains au fonds d'assistance aux victimes du tremblement de terre d'Haïti. Nous savons tous que cela constitue un sacrifice énorme pour ce pays, qui a lui-même d'énormes problèmes à affronter.

 

Visite du SRSG et du Commandant de la Force de la MONUC au Nord-Kivu

 

Nous signalons la tournée du 16 au 18 derniers au Nord-Kivu du Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en RDC, M. Alan Doss, accompagné du commandant de la Force de la MONUC, le général Babacar Gaye. C’était une visite pour faire le point sur la situation sécuritaire et humanitaire et discuter des modalités de mise en œuvre de la Résolution 1906, notamment pour ce qui est de la protection des civils dans le cadre de l’opération Amani Leo.

 

Des détails à ce sujet, ainsi que sur leur rencontre avec les ex-combattants FDLR en attente de leur retour au Rwanda, se trouvent dans notre communiqué du 18 janvier, que vous pouvez retrouver sur notre site internet (monuc.unmissions.org). Des copies sont également disponibles à la fin de cette conférence.

 

Evaluation de Kimia 2

 

Le commandant de la Force de la MONUC, le général Babacar Gaye, a participé hier mardi à Matadi à la réunion d'évaluation de Kimia 2. Comme vous le savez, cette rencontre a mis ensemble les chefs d’état-major de la RDC, du Burundi et du Rwanda.

 

Activités des composantes de la MONUC

 

Hier à Kisangani, la MONUC a tenu une réunion pour faire un brainstorming sur le problème des LRA dans le Haut-Uélé. Etaient présents à cette rencontre toutes les sections substantives de la MONUC/Kisangani ainsi que le chef du bureau de la Coordination de la MONUC à l’Est. Selon le Bureau des Droits de l’Homme, le bilan des attaques des LRA pendant la période de mi-novembre à mi-janvier est de 100 personnes tuées, 81 enlevées et 09 blessées.

 

A l’Equateur, du 12 au 14 janvier derniers, une mission conjointe humanitaire et sécuritaire composée entre autres de la MONUC, d’OCHA, du HCR, de la FAO, des ONG basées à Gemena et des représentants de la société civile a visité quelques zones touchées par le conflit dans cette partie de la province, notamment l’axe Gemena-Bobito-Kungu. L’équipe multidisciplinaire a pu se constater que la situation sécuritaire s’est améliorée dans l’ensemble du Sud-Ubangui et à Bozene, où se trouve le contingent tunisien de la MONUC. Rassurés par cette présence, une centaine de déplacés internes ont regagné leurs domiciles. 

 

Dans le cadre de la stabilisation et du programme DDR, la MONUC, les FARDC, EUSEC, la PNC et le PNUD ont mis en place un plan opérationnel pour une intégration rapide de quelque 1700 Mai-Mai du groupe Kifuafua à Walikale et Hombo dans le Nord-Kivu. Le début de l’exécution de ce plan est prévu pour le 24 janvier courant ; il durera en principe 3 semaines et pourra s’élargir à d’autres groupes d’ex-combattants congolais soit pour leur intégration dans les FARDC, soit pour le retour à la vie civile.

 

Toujours dans cette province, concernant l’attaque des humanitaires du camp des déplacés de Muhanga (20 km au nord de Kichanga), la brigade de la MONUC au Nord-Kivu a écrit au commandant des opérations Amani Leo pour lui demander d’identifier et de traduire en justice les 15 éléments FARDC qui seraient responsables de l’attaque, et de sensibiliser les FARDC opérant dans la région sur le respect des droits de l’homme.

 

Selon les FARDC, le supposé commandant des éléments à l’origine de cette attaque est sous arrêt et sera transféré très prochainement au quartier-général d’Amani Leo à Goma.

 

Pour rappel, le camp de Muhanga avait été attaqué le 15 janvier dernier par des hommes en uniforme qui ont été identifiés (par des rapports UN et UNHCR) comme appartenant au FARDC. Les assaillants avaient menacé les agents humanitaires travaillant dans le camp et avaient pris des téléphones et de l’argent pour une valeur de 450 dollars. Le camp avait déjà été l’objet des attaques par des hommes en uniforme le 25 décembre 2009.  

 

Au Kasaï Occidental, du mardi au samedi de la semaine passée, une mission de la MONUC s’est rendue à Tshikapa pour évaluer la situation sécuritaire et des droits de l’Homme. L’équipe composée des officiers des droits de l’homme, de l’Etat de Droit, des Observateurs militaires et de la Police des Nations Unies a mis un accent particulier sur l’administration de la justice dans les cas des violences, en plus du renforcement des capacités des partenaires des droits de l’Homme et des autorités judiciaires locales.

 

A Lubumbashi, la MONUC continue de suivre de très près la tension interethnique qui prévaut depuis le début de cette année entre deux communautés katangaises. A ce stade, une rencontre est envisagée avec le gouverneur de cette province dans le but de réfléchir sur une stratégie commune pour baisser la tension.

 

Situation militaire

 

En Province Orientale, le 13 janvier 2010, selon des rapports de la Force de la MONUC, sept éléments appartenant à l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA), ont de nouveau surpris dans la soirée les habitants de la localité de Bamokandi lorsque ceux-ci puisaient de l’eau, et ont tué cinq personnes sur-le-champ. Trois villageois qui voulaient s’échapper, ont été gravement blessés et évacués vers l’hôpital général de Dungu. Deux autres villageois sont portés disparus. Un soldat des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) a été également blessé et évacué. Cet incident a poussé toute la population locale à camper toute la nuit devant l’entrée de la base de la Force de la MONUC craignant d’autres attaques, qui cependant ne sont pas arrivées. En réaction, les patrouilles conjointes de la Force de la MONUC et des FARDC qui étaient déployées dans les environs de Dungu, sont vite arrivées sur les lieux, mais les assaillants sont parvenus à s’échapper. Le 15 janvier 2010, la LRA aurait attaqué Marko Linafoko, situé à 4 kilomètres de Dungu tuant un civil, et le même groupe aurait plus tard tué trois civils dans une localité près de Limai, situé à 25 kilomètres au Nord de Dungu.

 

C’est dans ce contexte que se poursuivent les activités de l’opération conjointe lancées par la Force de la MONUC avec les FARDC à Dungu, Duru, Niangara, Bangadi, Ngilima et Faradje dans le but de protéger la population civile dans la région. Pour sa part, la Force de la MONUC envisage de renforcer ses troupes engagées dans la lutte contre la LRA avec au moins une compagnie des forces spéciales.

 

En Ituri, le 13 janvier 2010, des miliciens résiduels suspectés appartenir au Front de Résistance Patriotique de l’Ituri (FRPI) et au Front Populaire pour la Justice au Congo (FPJC) ont attaqué la position des FARDC au village Zunguluka, situé à approximativement 68 kilomètres au Sud de Bunia. Selon les autorités locales, les rebelles ont brûlé plusieurs maisons et ont tué six personnes, parmi elles deux enfants. Le 19 janvier 2010, le FPJC a revendiqué cette attaque. Pour sa part, la section des Affaires Civiles et ses partenaires s’apprêtent à envoyer une mission de l’équipe de protection conjointe à Bukiringi, qui couvrira la région de Zunguluka et de Boga.

 

Au Nord-Kivu, plusieurs attaques des Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) dirigées contre les civils et les FARDC ont été rapportées pendant la période sous examen.

 

Par ailleurs, quelques éléments des FARDC ont commis le 13 janvier 2010 un vol sur deux civils qui voyageaient de Nyabiondo, situé à 50 kilomètres au Nord-ouest de Sake, vers Lukweti, situé à 40 kilomètres au Nord de Masisi-centre. Ces soldats suspects ont été arrêtés par la Police Militaire des FARDC, et les biens volés ont été rendus à leurs propriétaires.

 

Au Sud-Kivu, la semaine dernière, les éléments appartenant aux FDLR, agissant parfois avec des groupes Mayi-Mayi,  ont attaqué plusieurs villages et ont enlevées des dizaines de personnes dans la région de Bunyakiri et dans le district de Shabunda.

 

Par conséquent, des patrouilles conjointes sont menées par la Force de la MONUC et les FARDC en préparation de l’opération AMANI LEO en perspective.

 

Enfin, au chapitre des projets à impact rapide réalisés par les Casques bleus de la Force de la MONUC, il convient de signaler la réparation d’un pont en bois sur la route Panzi - Kitunda par un détachement de Génie du contingent Pakistanais. Les habitants de la région se sont joints aux efforts de réparation du détachement et ont montré leur appréciation à l’égard des efforts déployés par la Force de la MONUC pour la réhabilitation des infrastructures de communication locales. D’autres activités de ce genre sont planifiées.

 

Il faut également mentionner la poursuite de la formation sur les initiatives d’auto-prise en charge pour les populations locales par tous les contingents Pakistanais qui fait ses preuves. Le but d’inculquer un esprit de confiance et d’utilisation de ses propres facultés pour son avantage semble être atteint. La jeunesse locale montre beaucoup d’intérêts pour améliorer ses connaissances techniques afin de trouver un travail respectable. Des classes pour la maçonnerie, la menuiserie et la mécanique automobile sont organisées à cet effet.

 

Une autre action à signaler est celle du contingent Pakistanais qui a dépêché le 15 janvier 2010 à 16h45 une équipe médicale de secours sur les lieux d’un accident près de Bunyakiri dès la réception de l’information au centre de surveillance d’Adikivu. Un camion civil roulant à vive allure s’est renversé devant la deuxième entrée  du parc national de Kahuzi-Biega et beaucoup de personnes suspectées d’être blessées avaient besoin d’une évacuation médicale immédiate. Une patrouille déployée près de Mitti pour des tâches routinières a été immédiatement orientée sur les lieux de l’accident par le centre de surveillance. Une autre patrouille possédant un médecin militaire de la Force de la MONUC avec les équipements médicaux et d’évacuation nécessaires a également était envoyée sur les lieux de l’accident. La patrouille a rapporté que trois personnes sont mortes lors de l’accident et que six autres ont été blessées. Les Casques bleus ont aidé les gardes forestiers du parc national de Kahuzi-Biega dans la récupération des corps et des blessés des débris. Le médecin militaire a administré les premiers secours. Plus tard, une femme gravement blessée et deux corps ont été évacués vers l’hôpital de Mitti par les mêmes patrouilles.

 

Le dernier projet à impact rapide est celui réalisé par les Casques bleus de la Brigade de la Force de la MONUC du Nord-Kivu. Il s’agit de la création d’un Centre de Formation Professionnelle y compris la construction de deux bâtiments abritant 10 machines à coudre, 10 trousses d’outils de menuiserie et articles mobiliers à Mubambiro, un village satellite près de Sake dans le territoire de Masisi, situé à 20 kilomètres de Goma. Ce Centre de Formation Professionnelle fournira le repas pour plus de 200 orphelins et des filles sans ressources. Le 15 janvier 2010, ce projet a été dédié à la population locale et aux orphelins.   

 

Les commentaires sont fermés.