Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

04/02/2010

USA

Les Etats-Unis veulent expulser la tante d'Obama

Une tante d'Obama lutte contre son expulsion des Etats-Unis.

Une tante du président américain Barack Obama, immigrante illégale, devait comparaître en justice jeudi pour tenter de s'opposer à son expulsion des Etats-Unis, a rapporté le quotidien Boston Herald.

Zeituni Onyango, 57 ans, va pour la deuxième fois tenter d'être autorisée à rester dans le pays devant le tribunal fédéral de l'immigration de Boston (Massachusetts, nord-est). Elle est sous le coup d'un ordre d'expulsion remontant à 2004 qui l'oblige en principe à retourner dans son pays, le Kenya. "Elle est la tante du président des Etats-Unis, l'homme le plus connu au monde", a déclaré Mike Rogers, porte-parole du cabinet d'avocats de l'Ohio qui la défend.

L'audience devait avoir lieu à huis clos, à la demande de Mme Onyango. Selon Mike Rogers, Mme Onyango n'essaie pas de profiter de la situation en tant que membre de la famille du président. M. Obama, né d'un père kényan et d'une mère américaine blanche du Kansas, avait indiqué par le passé qu'il n'avait jamais su que sa tante se trouvait en situation irrégulière aux Etats-Unis. Mme Onyango est la demie-soeur du défunt père de Barack Obama. Les premières informations à son propos avaient commencé à circuler quelques jours avant l'élection à la présidence de Barack Obama en novembre 2008. La Maison Blanche avait indiqué que le président n'était pas au courant de sa situation illégale et que la loi américaine devait s'appliquer.

Mme Onyango avait demandé l'asile politique en 2002 en faisant état de violences au Kenya. Elle habite actuellement dans un HLM du sud de Boston. Sa demande d'asile avait été rejetée deux ans plus tard. En avril 2009, cette parente du président Obama avait comparu devant un tribunal du Massachusetts pour faire appel d'une procédure d'expulsion à son encontre. Mme Onyango avait évité les journalistes et quitté le tribunal de Boston par une porte dérobée après l'audience, qui s'était tenue à huis clos.

Les commentaires sont fermés.