Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

23/02/2010

Présidence de la RDCongo

Remise-reprise au Cabinet du Chef de l’Etat

Nouveau Dr.Cab Chef de l'Etat.jpg

Mise en ligne Mardi 23 février 2010

 

La cérémonie de remise-reprise entre le nouveau Directeur de Cabinet du Président de la République et son successeur a eu lieu ce lundi 22 février 2010 à 15h00 au Palais de la Nation.

En présence des Directeurs de cabinet adjoints Louise Mayuma Kasende (en charge des Questions politiques, judiciaires et Administratives), et Henri Yav Mulang (en charge des Questions financières et économiques) ainsi que des Conseillers principaux Léonard Ngoy Lulu, Néhémie Mwilanya, Marie-France Mubenga, Raphaël Luhulu et de l’ambassadeur itinérant Séraphin Ngwej, les Directeurs entrant et sortant ont commencé par échanger des mots de circonstance avant de procéder à la signature des procès verbaux de la remise-reprise proprement dite.

Premier à prendre la parole, le Pr. Adolphe Lumanu Mulenda Bwana N’Sefu, nommé Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité à la faveur du remaniement intervenu le vendredi 19 février dernier, s’est félicité du choix judicieux porté par le Chef de l’Etat sur la personne de Me Gustave Beya Siku. Il a saisi l’occasion pour dresser le bilan de son mandat de plus ou moins une année avec pour action principale les réformes entreprises au plan politique et juridique, au plan administratif, au plan social et au plan technique.

En ce qui concerne la gestion politique et juridique, il a rappelé les prescrits de l’Ordonnance n°09/003 du 30 janvier 2009 déterminant l’organisation et le fonctionnement du cabinet.

« En application de ce texte, j’avais, aussitôt après mon entrée en fonction le 15 février 2009, signé la Décision n°09/001 du 26 février 2009 qui fixait le Règlement intérieur du Cabinet et la Décision n°09/002 du 20 mars 2009 portant organisation et fonctionnement des Collèges des Conseillers, des services personnels du Chef de l’Etat ainsi que de tous les autres services du Cabinet du Président de la République », a-t-il dit, tout en révélant que c’était-là une première tentative de fixer les règles devant améliorer les relations internes au cabinet et les relations avec tous les autres services relevant de la Présidence de la République (cas du Journal Officiel, de la Chancellerie des Ordres nationaux, de l’Arpt, Daipn, Igf et Cenaref).

« L’essentiel de mon activité et de mon agenda, au plan politique, a été mis à la disposition discrète du Chef de l’Etat, de sorte que j’ai été amené d’emblée à déléguer au quotidien la gestion administrative du Personnel du Cabinet à Madame le Directeur de cabinet adjoint et la gestion financière à Monsieur le Directeur de cabinet adjoint, selon leurs sphères de compétences respectives telles qu’établies par l’Ordonnance de leur nomination », a-t-il précisé.

Au plan administratif, le Pr Lumanu a relevé les efforts déployés dans l’assainissement et la maîtrise des effectifs ainsi que l’informatisation du traitement du courrier.

Au plan social, il a fait état de l’acquisition de deux grands bus de transport du personnel et de la signature de la convention avec la Sonas (à l’essai) pour la prise en charge médicale.

Au plan financier, il s’est félicité de la mise en œuvre de l’orthodoxie dans la gestion financière en séparant la Dotation présidentielle de la gestion proprement dite des finances du cabinet.

Tandis qu’au plan technique, l’accent a été mis sur l’existence de nombreuses réflexions et rapports « destinés à Son Excellence Monsieur le Président de la République, en vue de la prise des décisions éclairées pour la bonne marche de la Nation », non sans préciser que certaines sont à usage interne pendant que d’autres « sont continuellement mises à la disposition du Gouvernement en vue d’orienter ou d’impulser son action ».

S’agissant particulièrement de la communication censée rendre visibles les activités du Président de la République, le Directeur de cabinet sortant a cité notamment l’édition de la revue trimestrielle « La RDC en chantier », la publication de la compilation des « Discours du Président de la République sur l’état de la Nation 2007, 2008 et 2009 » et, en préparation, le « Recueil de tous les discours de Chef de l’Etat » ainsi que la « Revue des projets des Cinq chantiers de la République », assortis de l’ébauche d’un plan de communication pour les échéances électorales 2011.

« C’est l’ensemble de ces dossiers, et tant d’autres de routine, que je vous lègue aujourd’hui, en vous engageant à ne rien entreprendre sans vous en référer au Chef de l’Etat », a-t-il déclaré en substance avant de décrire le parcours de son successeur, avocat de profession, vice-ministre sortant des Hydrocarbures.

« Proche collaborateur du Chef de l’Etat, l’essentiel, comme vous le savez, est de garder à l’esprit le devoir de loyauté envers Celui qui a placé sa confiance en vous, de rechercher l’efficacité dans un esprit patriotique et de collégialité au sein du Cabinet, et d’éviter, en toutes circonstances, de vous placer en situation de conflit d’intérêts », a-t-il déclaré.

En réponse, Me Gustave Beya Siku a remercié son prédécesseur.

Donnant d’emblée sa compréhension de la cérémonie de remise-reprise, il y a trouvé comme dénominateur commun la continuité dans le travail. « Nous faisons un corps », a-t-il dit aux membres du cabinet présidentiel présents. « Je vous suis gré des conseils donnés, (…) des balises mises sur le chemin sur lequel je vais évoluer », a-t-il ajouté en mettant l’accent sur le destinataire principal du travail d’équipe escompté, à savoir le Président Joseph Kabila.

« Il y aura des différends, des embûches, des conflits que nous nous devons de transformer en vivier pour que du choc des idées jaillisse la lumière », a-t-il prévenu avant son mot de la fin exprimé en ces termes : «Nous aurons à nous découvrir ; pour le reste, découvrons-nous ».

Au travers de cette invite, il faut plutôt trouver une approche sincère : celle de la volonté clairement exprimée de travailler dans une tour de verre.

Omer Nsongo die Lema/Nyota.net/Expression

Les commentaires sont fermés.