Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

22/04/2010

RDC:Assemblée Nationale

INTERVENTION DE L’HONORABLE KYAVIRO JEAN LOUIS ERNEST A L’OCCASION DE LA QUESTION ORALE DE L’HONORABLE JEAN LUCIEN BUSA AU PREMIER MINISTRE

017.JPG

Honorable Président,

Honorables Députés et chers collègues,

Derrière moi se trouve Son Excellence Monsieur le Premier que je salue en me demandant d’abord qui il est.

Qui est ADOLPHE MUZITO ? Tiens, il a une forte équipe derrière lui.

Mais au fait ?

Qui est ADOLPHE MUZITO dans cette équipe ?

Est-il entraineur ? Mais est-ce vraiment lui qui a formé cette équipe ?

Si oui aurait-il pris comme des joueurs certains qui étaient déjà des patrons d’équipes quand il était au lycée ?

Est-il capable de remplacer un joueur en cas de contre performance par exemple ?

N’y a-t-il pas risque, comme certains des joueurs siègent au sein du Comité de la FECOFA, de revoir encore les même joueurs sur la feuille du match alors que les remplaçants se chauffaient déjà et que l’équipe est ménée ?

Je veux dire par là qu’il convient de faire œuvre utile, nous devons analyser les faits en les plaçant dans leurs contexte et vous connaissez très bien d’où nous venons sur la plan sécuritaire. C’est un domaine où nous ne donnions pas un seul centime à l’homme qui est derrière moi à son arrivée aux affaires.

A peine a-t-il été nommé que des élus de l’Est, votre serviteur parmi les premiers, avons émis des doutes sur sa capacité de résoudre la crise. Nous sommes devant le peuple congolais qui nous a suivi dire ces choses, et nous devons être honnêtes : Excellence Monsieur le Premier Ministre, je dois reconnaitre que la situation de chez moi est nettement meilleure, honnêtement, vous m’avez agréablement surpris. Je ne vous donnais que très peu de chances, mais écoute ce que je viens de vivre au nord Kivu, province où l’Assemblée Nationale m’a désigné  pour appuyer l’opération armes contre 50 dollars.

Honorable Président, c’est en toute objectivité que je peux dire que non seulement la situation sécuritaire, mais les rapports entre les communautés va vers la bonne direction.

La population de Goma m’ a chargé de remercier toutes les institutions pour avoir permis que des armes soient ramassées dans la ville. La criminalité  a beaucoup baissé au point que le mois de mars est historique : selon les services de l’autre coté de la frontière, c’est le premier mois depuis 15/ans qu’il y a eu moins de coups de balles entendus à Goma qu’à Gisenyi. Depuis le ramassage des armes, il y a une autre chose, plus importante à mes yeux : les communautés renforcent la qualité de leurs relations, les efforts du Gouverneur Julien PALUKU dans ce sens semblent avoir été boostés par les opérations du Pasteur NGOY MULUNDA qui ne se limite pas à ramasser les armes, mais bat activement campagne pour la tolérance entre communautés, l’amour du travail et celui du prochain.

C’est peut être ici le moment de dire ce qui a fondamentalement changé.

Le premier changement est que le rôle principal est joué par une organisation à 100% congolaise.

Le deuxième changement est que les communautés elles-même sont impliquées au maximum dans la méthodologie, même l’animation préfère user des groupes locaux.

Qu’est ci qui donc a manqué ou manque encore dans notre approche en Equateur. Voila une question pertinente.

Quels étaient nos paradigmes ?

Dans que mesures ces derniers reflétaient-ils les orientations ouvertement exprimées par les électeurs de cette partie du pays ?

Avons-nous soutenu le bien ?

Avons-nous défendu la loi ?

Avons-nous laisser le moindre espace aux partenaires ?

Honorable Président,

La route pour arriver à de tels résultats a été jalonnée de trop d’étapes macabres que ne je voudrais jamais, jamais souhaiter à personne, surtout pas à mes frères de l’Equateur.

*Je dois être ici clair.

Il est nécessaire de ne pas totalement étouffer l’opposition.

Ayons pitié de notre jeune démocratie.

Excellence Monsieur le Premier Ministre, vous êtes responsable de la politique générale du Gouvernement et garant de son image démocratique : il ne faut pas trop étouffer l’opposition.

Trop de majorité tue la majorité

Je propose que la notabilité de nos frères soit invitée à discuter d’abord entre elle, puis avec les différents autres tendances et sensibilités, afin qu’il soit possible à tous de s’exprimer. Je  ne demande pas une Conférence mais le minimum est la concertation sincère et constructive entre d’abord les fils de ce coin et ensuite voir ce qui doit être fait pour garantir la paix et avoir le courage de prendre les décision politiques qu’imposeront les prémisses qui ne sauraient être autre chose qu’un futur paisible, harmonieux, prospère et surtout respectueux des choix véritablement démocratiques de nos frères et sœurs de l’Equateur.

Cette aura l’avantage, si elle est adoptée, de ramener une plus grande paix du cœur car ne dit-on pas que c’est du cœur que vint la flamme qui embrasa mon épée.

J’ai dit Honorable Président !

Fait à Kinshasa, le 21/04/2010

Honorable Jean-Louis Ernest KYAVIRO

 

 

 

Les commentaires sont fermés.