Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/04/2010

Chantiers Education

SOS sur l’Education en RDC : Les Enfants Congolais siont-ils abandonnés ?

 enfants congolais.jpg

 Les Organisations Internationales lancent des cris dans larme pour sauver l’éducation au Congo Kinshasa.

Nous publions en integralité le communiqué.

Expression-DRC.

Primary Education for All: Out of Reach for Congo’s Children?

 

Kinshasa, April 19, 2010

—With only five years to go, Congo is far from reaching the millennium development goal of primary education for all by 2015— with nearly half of Congolese children (more than 3 million) still estimated to be out of school and one in three having never stepped into a classroom.[i]

(Photo:routard.com) 

Universal primary education is one of the key Millennium Development Goals and identified as a priority by the Congolese government, yet funding for education programs remains extremely limited.

 

“International and government investment in Congo’s education sector is grossly insufficient,” says Ciaran Donnelly, Regional Director for the International Rescue Committee in Congo. “If we continue with a business as usual approach, basic education will remain an impossible dream for millions of Congolese children.”

 

According to the Congolese government, international donors invested just $150 million in education in 2007 and 2008—only 5% of all foreign assistance to Congo.[ii]  That amounts to $2 annually in foreign aid for every primary school age child, compared to $19 per Afghan child.[iii] Meanwhile, the Congolese government fell short of reaching its own pledge to allocate 16% of its national budget in 2008 to education, allocating only 8%.[iv]  Doubling that would bring the country in line with the Sub Saharan average.

 

“We cannot talk of peace, economic development and a future for the Democratic Republic of Congo if the government and donors do not commit in investing in education - the bedrock of human advancement,” says Carl Becker, Save the Children’s Country Director in Congo.

 

Congo’s education system is largely supported by school fees and that means poor Congolese families, with an average of six children, struggle to keep their kids in school.  Monthly fees can amount to $5 per child and a normal wage is about $50 a month.  As a result, drop-out rates are high. Half of children who enter first grade never finish primary school.

 

In a war-torn country like Congo, where close to 2 million people are displaced, education also provides protection.

“Keeping children in school is an important measure to protect children from violence and abuse and give normality to thousands of displaced children,” says Ulrika Blom-Mondlane, Country Director for Norwegian Refugee Council in Congo.

 

“Without adequate funding for the education sector, the quality of education in Congo will continue to suffer.” says Jennifer Poidatz, Country Representative for Catholic Relief Services (CRS). “We know that lack of funding prevents the systematic, essential teacher training and support needed to ensure quality learning.”

 

In order to increase enrollment and completion of primary education, lighten the financial burden on poor communities and move closer to meeting the Millennium Development Goals on education, Catholic Relief Services, International Rescue Committee, Norwegian Refugee Council and Save the Children urge the Congolese government to double its budget for education to 16%.  The groups also call on the international community to significantly increase foreign aid spending on Congo’s education sector to support multi-year nationwide programs.

 

Français

Communiqué de presse - Pour diffusion immédiate

L'éducation primaire pour tous: hors de portée des enfants du Congo?
 

Kinshasa, le 19 avril 2010-Avec seulement cinq ans pour passer, le Congo est loin d'atteindre l'objectif de développement du millénaire de l'éducation primaire pour tous d'ici à 2015 - près de la moitié des enfants congolais (plus de 3 millions d'euros) encore estimé à l'école et un sur trois ayant jamais mis les pieds dans une salle de classe [i].

 

L'éducation primaire universelle est l'un des principaux objectifs du Millénaire pour le développement et identifié comme une priorité par le gouvernement congolais, mais le financement des programmes d'éducation reste extrêmement limité.

 

"International et l'investissement du gouvernement dans le secteur de l'éducation au Congo est tout à fait insuffisant", explique Ciaran Donnelly, Directeur régional pour l'International Rescue Committee au Congo. "Si nous continuons avec un scénario de statu quo, l'éducation de base restera un rêve impossible pour des millions d'enfants congolais."

 

Selon le gouvernement congolais, les donateurs internationaux ont investi seulement 150 millions $ en éducation en 2007 et 2008-seulement 5% de l'aide étrangère au Congo. [Ii] Cela revient à 2 $ par année en aide extérieure pour tous les enfants d'âge scolaire primaire, comparativement à 19 $ par enfant afghan. [iii] Pendant ce temps, le gouvernement congolais est tombé à court de parvenir à son propre engagement d'allouer 16% de son budget national en 2008 à l'éducation, une allocation de 8%. [iv] Doublement qui mettrait le pays en conformité avec la sub-saharienne en moyenne.

 

"Nous ne pouvons pas parler de paix, le développement économique et un avenir pour la République démocratique du Congo si le gouvernement et les donateurs ne commettent pas d'investir dans l'éducation - le fondement du progrès humain», explique Carl Becker, Save the Children's Country directeur au Congo.

 

système éducatif au Congo est largement soutenue par les frais de scolarité et cela signifie que les familles pauvres congolais, avec une moyenne de six enfants, luttent pour garder leurs enfants à l'école. Les frais mensuels peuvent atteindre de 5 $ par enfant et un salaire normal est d'environ 50 $ par mois. En conséquence, les taux d'abandon sont élevés. La moitié des enfants qui entrent en première année ne terminent l'école primaire.

 

Dans un pays déchiré par la guerre comme le Congo, où près de 2 millions de personnes sont déplacées, l'éducation assure également une protection.

"Garder les enfants à l'école est une mesure importante pour protéger les enfants contre la violence et les abus et donner la normalité à des milliers d'enfants déplacés, dit Ulrika Blom Mondlane-, directeur de pays pour Norwegian Refugee Council au Congo.

 

"Sans un financement adéquat pour le secteur de l'éducation, la qualité de l'éducation au Congo vont continuer à souffrir." Dit Jennifer Poidatz, Pays Représentant pour Catholic Relief Services (CRS). «Nous savons que le manque de financement empêche la systématique, la formation des enseignants et un soutien essentiels nécessaires pour assurer un enseignement de qualité."

 

Afin d'accroître la scolarisation et l'achèvement de l'enseignement primaire, alléger la charge financière pesant sur les communautés pauvres et se rapprocher de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement de l'éducation, Catholic Relief Services, International Rescue Committee, Norwegian Refugee Council et Save the Children exhorter le gouvernement congolais à double son budget pour l'éducation à 16%. Les groupes ont également appel à la communauté internationale d'augmenter considérablement les dépenses d'aide étrangère sur le secteur de l'éducation au Congo pour soutenir des programmes pluriannuels à l'échelle nationale.

 

Press contacts:

Marit Glad, International Rescue Committee, +243 (0)995 200 020, Marit.glad@theirc.org

Ulrika Blom-Mondlane, Norwegian Refugee Council, +243 (0)381 086 9030, countrydirector@nrcdrc.org

Carl Becker, Save the Children UK, +243 (0)999 905 081, c.becker@savethechildren.org.uk

Lane Hartill, Catholic Relief Services, +221 77 529 8745, lhartill@waro.crs.org

Les commentaires sont fermés.