Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/04/2010

Internationale

UN Security Council: Act Now to Protect Women


Reject Delay in Steps to End Rape in War and Include Women in Peace Talks

New York, April 27, 2010

 

        The United Nations Security Council should immediately begin using measurable benchmarks to protect women caught in conflicts around the world and to ensure that women are included in peace negotiations, rather than delaying this step, Human Rights Watch said today.

In October 2009, the Security Council asked the secretary-general to prepare a set of indicators on the implementation of key Council commitments regarding women in conflict. The measures are to be presented today to the Security Council, which has the option of acting now or postponing action.

“This move has been a decade in the making,” said Marianne Mollmann, women’s rights advocate at Human Rights Watch. “There’s no excuse for waiting another minute to take steps we know are needed.”

Diplomats have indicated that it is likely that the Council will “take note” of the secretary-general’s report. They said the Council is likely to defer any implementation of the indicators until at least October, the 10th anniversary of Security Council Resolution 1325, which laid out UN system and member state commitments regarding women in conflict. Resolution 1325 has been reported on annually since 2000, but without any consistency in the focus of reporting or specific expectations for outcome.

Further steps may be needed to implement all of the indicators recommended by the secretary-general, but the report also concludes that information is readily available and reliable for many of the indicators. The Council should endorse the immediate use of all indicators for which data exist, in particular in the UN reports on countries such as Afghanistan and the Democratic Republic of Congo, Human Rights Watch said.

“Any real discussion of abuse of women in conflict depends on understanding the scope of the problem,” Mollmann said. “This is a chance for the Security Council to make clear how urgent this is so that there can be actual numbers to report and a real way to measure success and failure.”

Human Rights Watch also expressed concern a delay could mean that the benchmarks would become the main focus of debates around the 10th anniversary rather than commitments to overcome the problems the indicators are expected to highlight.

“Women in conflict-ridden countries deserve more than a commitment to collecting data when the Security Council looks at what it has done in the past 10 years to address their plight,” Mollmann said. “We expect UN member states to follow through to empower women as peacemakers and to stop rape in war.”

 

 

Conseil de sécurité de l'ONU: agir maintenant pour protéger les femmes


Retard dans Rejeter mesures pour mettre fin à la guerre et de viol inclure les femmes dans les pourparlers de paix

New York, le 27 avril 2010

- L'Organisation des Nations Unies Conseil de sécurité devrait immédiatement commencer à utiliser des critères mesurables pour protéger les femmes dans les conflits à travers le monde et à s'assurer que les femmes sont incluses dans les négociations de paix, plutôt que de retarder cette étape, Human Rights Watch aujourd'hui.

En Octobre 2009, le Conseil de sécurité a demandé au Secrétaire général de préparer une série d'indicateurs sur la mise en œuvre des engagements du Conseil clés concernant les femmes dans les conflits. Les mesures doivent être présentées aujourd'hui au Conseil de sécurité, qui a la possibilité d'agir maintenant ou différer l'action.

"Cette décision a été d'une décennie dans la fabrication", a déclaré Marianne Möllmann, défenseur des droits des femmes à Human Rights Watch. "Il n'y a aucune excuse pour attendre une autre minute de prendre les mesures que nous connaissons sont nécessaires."

Des diplomates ont indiqué qu'il est probable que le Conseil «prend note» du Secrétaire général dans son rapport. Ils ont dit que le Conseil est susceptible de différer toute mise en œuvre des indicateurs au moins jusqu'en Octobre, le 10e anniversaire du Conseil de sécurité la résolution 1325, qui définissait système des Nations Unies et des engagements État membre concernant les femmes dans les conflits. La résolution 1325 a été signalé sur chaque année depuis 2000, mais sans aucune cohérence dans la mise au point de déclaration ou d'attentes précises pour le résultat.

Des mesures supplémentaires peuvent être nécessaires pour mettre en œuvre tous les indicateurs recommandés par le Secrétaire général, mais le rapport conclut également que l'information est facilement accessible et fiable pour de nombreux indicateurs. Le Conseil devrait approuver l'utilisation immédiate de tous les indicateurs pour lesquels des données existent, en particulier dans les rapports des Nations Unies sur les pays comme l'Afghanistan et la République démocratique du Congo, Human Rights Watch.

«Toute discussion réelle de l'abus des femmes dans les conflits dépend de la compréhension de la portée du problème," a déclaré Möllmann. «C'est une chance pour le Conseil de sécurité de préciser cette urgence de sorte que peuvent être des nombres réels rapport et d'une véritable façon de mesurer le succès et l'échec."

Human Rights Watch a également exprimé sa préoccupation un retard pourrait signifier que la référence serait devenue le thème central des débats autour de la 10e anniversaire plutôt que des engagements pour résoudre les problèmes les indicateurs sont censés mettre en évidence.

«Les femmes dans les pays en proie à des conflits méritent plus que d'un engagement à la collecte de données lorsque le Conseil de sécurité se penche sur ce qu'il a fait au cours des 10 dernières années pour améliorer leur sort», a déclaré Möllmann. "Nous nous attendons à l'ONU les Etats membres à suivre par le biais de l'autonomisation des femmes d'artisans de paix et de cesser le viol en temps de guerre."

HRW/Expression

 

Les commentaires sont fermés.