Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

19/07/2010

Revue de Presse MONUSCO

Monitoring Unit – Revue de Presse

kin.jpg

LUNDI 19 JUILLET 2010

Divers sujets sont en principale manchette des journaux parus ce jour à Kinshasa.

S’intéressant aux futures échéances électorales, L’Avenir, fait savoir que « le gouvernement, a disponibilisé  3 milliards de francs congolais  pour les élections ». «… 2011, aura donc lieu », estime L’Avenir.

 

D’ici 2011, « 90% des partis politiques congolais risquent d’être suspendus s’ils ne se mettent pas en règle avec la loi avant octobre prochain», annonce Le Palmarès. C’est que la loi  fait « obligation aux partis politiques de déposer chaque année au plus tard,  le 31 mars, leur rapport financier au ministère de l‘intérieur », explique Le Palmarès, mentionnant que sur « les 320 partis enregistrés à ce jour, seuls 32 sont en règles ».

 

Seulement 32 en règle sur 320 partis enregistrés à ce jour, pendant que pour leur part, « les agents de la Commission électorale indépendante sont sans salaire depuis 10 mois… », [La Tempête des Tropiques] et les cartes d’électeurs «… tombées caduques » [Le Phare].

 

Ailleurs et au moment où la Cour pénale internationale (CPI) envisage la possibilité de rendre à Thomas Lubanga sa liberté…en RDC, pays du chef militaire de l'Ituri, « le débat semble déjà engagé autour de son éventuel retour après plus ou moins quatre ans de détention dans les geôles de la CPI à la Haye… », rapporte L’Observateur. Déjà, il se trouve que le retour de l’ex-chef de guerre  dans son pays pourrait « buter  au refus des autorités congolaises… », prévient  L’Observateur citant l'honorable Dhetchouvi Matchu, membre du parti politique de Thomas Lubanga. Thomas Lubanga est présenté par les autorités congolaises comme «… un criminel de guerre », explique L’Observateur, qui se fait écho d’autres propos du député national. Il est toutefois bien de savoir qu' « aucune déclaration officielle du gouvernement dans ce sens n'a pas encore été rendue publique… », note L’Observateur. Et, tout porte à croire que « seule une libération permettra de  connaître effectivement la position du gouvernement congolais », souligne L’Observateur. Au volet rappel, il est bon de savoir  que c’est le gouvernement congolais qui avait « livré Thomas Lubanga à la CPI ».

 

Pour sa part, « Vital Kamerhe tisse sa toile », croit savoir La Référence Plus. En effet, jeudi dernier, il a été reçu par « les plus hauts responsables de l’ONU et de l’administration Obama », informe La Référence Plus, qui précise que l’entourage de l’ancien président de l’assemblée  nationale n’a « ni confirmé, ni infirmé son éventuelle candidature à la présidence de la République ». L’entourage a seulement … « annoncé  son retour à l’hémicycle à la session de septembre prochain », termine La Référence Plus.

MONUSCO/L’EXPRESSION

Les commentaires sont fermés.