Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

09/08/2010

INFORMATIONS SUR LA MONUSCO

INTERVIEW DU REPRESENTANT SPECIAL

DU SECRETAIRE GENERAL DES NATIONS UNIES EN RDC, M. ROGER MEECE,

roger meece.jpg

ACCORDEE A LA RADIO OKAPI

 

Radio Okapi: Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies en RDC, bonjour.

 

RSSG :         Bonjour

 

Radio Okapi: Vous venez de prendre vos fonctions officielles à la tête de la MONUSCO, pouvons-nous connaître tout d’abord le sentiment qui vous anime en ce moment ?

 

RSSG :         Merci pour la question. D’abord, c’est un privilège d’avoir l’occasion de venir à ce poste de responsabilité, à la tête d’une organisation importante qui a déjà fait beaucoup de travail, non seulement la Mission de la MONUSCO, ou aussi MONUC, mais toutes les autres agences des Nations Unies ensemble. Je peux ajouter que c’est une joie et un plaisir réel personnel d’avoir l’occasion de revenir encore au Congo. J’avais eu le privilège de travailler ici déjà, et j’aime bien l’occasion, l’opportunité de revenir encore, re-connaître le pays et le peuple congolais.

 

Radio Okapi: Et depuis votre arrivée à Kinshasa, vous avez eu beaucoup de contacts. Vous avez aussi été reçu par le Président de la République, Joseph Kabila, et même le Premier Ministre Adolphe Muzitu. Qu’est-ce qui ressort de ces entretiens ?

 

RSSG :         Merci. Bien entendu, je viens de commencer. J’ai fait des visites de courtoisie en commençant avec le Chef de l’Etat, avec le Premier Ministre, le Ministre des Affaires Etrangères et autres. Ca nous donne l’occasion d’abord pour moi de me représenter dans mes nouvelles fonctions, mais aussi de discuter le travail important qu’il nous reste (à faire) ensemble. Je suis très conscient du travail, des progrès qu’on a déjà faits dans ce pays pour arriver où nous sommes actuellement. Mais je suis sensible aussi au fait qu’il existe encore beaucoup de problèmes, beaucoup de défis. Je voudrais faire de mon mieux, avec l’Organisation — la MONUSCO, tout le personnel onusien et des différentes agences— en travaillant en partenariat actif avec les autorités. Et donc, avec le Chef de l’Etat, avec les ministres et le Premier Ministre, nous avons discuté de comment nous pouvons faire pour adresser les problèmes existants pour aller de l’avant, pour construire le pays et pour arriver au stade de stabilité, de réussite, de développement. Disons, la stabilisation, qui est une partie de notre nom avec la MONUSCO, et qui est importante pour le peuple congolais.

 

Radio Okapi: Justement, de la MONUC à la MONUSCO, la Mission onusienne va se concentrer sur la stabilisation de la RDC…

 

RSSG :         Effectivement

 

Radio Okapi: … Avez-vous déjà une idée des priorités auxquelles vous allez vous atteler au moment où vous entamez l’an 1 de votre mandat ?

 

RSSG :         Bien entendu, la protection des civils reste toujours notre première priorité. C’est reconnu par le Conseil de Sécurité dans la nouvelle résolution. Il reste aussi plusieurs autres problèmes, y compris d’arriver à une situation sécuritaire où la population civile n’est plus menacée par un des groupes armés. Mais à part ça, c’est important, à mon avis, pour nous de travailler  dans plusieurs direction pour renforcer la capacité des institutions, pour améliorer les conditions, le développement social et l’éducation. Donc, tout est lié. C’est une partie intégrante de notre mission. Et je peux ajouter que nous travaillerons ensemble, pas uniquement la MONUSCO, mais en collaboration avec toutes les agences onusiennes ici et, comme j’ai dit plus tôt, en collaboration avec les autorités pour adresser ces questions. Bien entendu, dans l’immédiat, il y a deux autres priorités aussi urgentes, la tenue des élections prévues pour l’année prochaine ainsi qu’un projet de formation de la police — une demande qui nous a été adressée par le gouvernement. Et nous travaillons à ce sujet aussi.

 

Radio Okapi: Vous avez évoqué tantôt l’organisation des élections pour 2011. L’apport de la MONUSCO sera sans doute sollicité. Et d’ailleurs, une délégation de la MONUSCO a été reçue par le Bureau du Sénat mercredi dernier pour aborder ce sujet. Pouvez-vous rassurer les autorités congolaises que, comme en 2006, la Mission onusienne va s’impliquer totalement pour la réussite de ces élections, notamment sur le plan logistique ?

 

RSSG :         Merci. La tenue des élections crédibles, justes, transparentes, à mon avis, c’est une étape, c’est un  événement très important pour le pays. Donc, certainement, nous avons l’intention de faire de notre mieux pour soutenir ces élections, selon nos moyens— MONUSCO, PNUD en particulier. C’est un sujet dont j’ai déjà discuté avec le Président, avec les autres ministres aussi. Nous avons une équipe d’évaluation des besoins — je crois sans doute que c’est la délégation à laquelle vous avez fait référence — pour nous aider à concrétiser ce que nous pouvons faire, de quoi nous avons besoin pour le faire, et de travailler en collaboration avec la Commission Electorale Indépendante [pour voir] comment nous pouvons ensemble réaliser des élections crédibles dans le contexte de la Constitution, bien sûr.

 

Radio Okapi: Et pour terminer cet entretien, quel message pouvez-vous adresser au peuple congolais en ce moment ?

 

RSSG :         Merci. Comme j’ai dit plus tôt, c’est un plaisir d’abord d’être ici encore au Congo. Je compte voyager à l’intérieur du pays le plus tôt possible aussi pour refaire la connaissance du pays, surtout des conditions actuelles. Mais je suis venu avec une grande reconnaissance de ce qu’on a déjà fait, et c’est déjà une route assez longue pour arriver à ce point. Mais je suis très sensible aussi des défis, des problèmes qui existent, qui sont importants. Je compte travailler, comme j’ai dit plus tôt, en partenariat avec le gouvernement, les autorités [sur] comment nous pouvons nous adresser ensemble pour résoudre ces problèmes, pour arriver au stade d’un pays qui donne, qui améliore le bien-être du peuple congolais, qui le mérite… Je suis convaincu que tout est possible, tout est faisable, et donc je suis venu avec cette confiance, cet optimisme aussi.

 

Radio Okapi: Merci, M. Meece.

 

RSSG :         Je vous en prie. Merci.

 

 

 

ENDALL(Radio okapi/L'EXPRESSION-rdc)

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.