Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

19/10/2010

RDCongo:UNICEF

COMMUNIQUÉ DE PRESSE:

LE DIRECTEUR D’URGENCE DE l'UNICEF SOULIGNE LES DEFIS ET L’ESPOIR POUR LA RDC 

GOMA, République Démocratique du Congo 17 Octobre 2010 – Lors d'une visite de six jours en RDC le Directeur d’EMOPS, les Opérations d'Urgence de l'UNICEF, Louis-Georges Arsenault a souligné les défis des enfants et familles congolaises,


Au cours d’une évaluation de l'UNICEF en RDC depuis 2008, il a souligné l'importance de positionner l'assistance humanitaire dans une vision plus large. «La planification d’une assistance durable commence en amont d’une catastrophe. Elle doit être intégrée dans la stratégie de développement d'un pays comme la RDC, qui est soumis à un cycle chronique de situations d'urgence ;" a dit le Directeur. 
Une déclaration qui a été confirmé par les visites de projet à Goma, l’Est du pays qui reste déchiré par les conflits. 


Un exemple du lien direct entre réponse rapide et préparation efficace a l’urgence est la lutte contre le choléra. Au cours des huit dernières années, la RDC a connu le record de cas de choléra dans le monde entier. En réponse à l'épidémie de choléra la plus récente, avec actuellement 17 cas à Goma, l'UNICEF a mis en place 26 points de traitement d'eau au bord du Lac Kivu.  Ce mécanisme permet de garantir l'accès à l'eau potable pour 1.000 personnes par jour, pour un montant d’US$ 2,000 par mois. Un prix léger par rapport aux coûts massifs d'une épidémie de choléra. 


Alors que la dernière décennie a été mouvementée pour la RDC, elle n'a pas empêché plusieurs indicateurs sociaux de connaitre une amélioration constante de la situation des enfants et des femmes. La mortalité des enfants en dessous de cinq ans a diminué de manière significative, de 213 pour mille naissances vivantes en 2001 à 158 en 2010. Mais les principales causes de mortalité infantile restent le paludisme, les infections respiratoires et les maladies diarrhéiques – toutes des causes évitables. Le taux net de scolarisation primaire a augmenté de 52 pour cent en 2001 à 75 pour cent en 2010, avec une parité presque égale entre filles et garçons. 


Pourtant, dans l’ensemble les progrès sont insuffisants et répartis de façon inégale à travers le pays. Pendant que le pourcentage des enfants vaccinés atteint 98 pourcent au sein des ménages aisés, à peine 72 pourcent le sont dans les ménages les plus démunis. 43 pourcent des enfants de moins de cinq ans souffrent d’un retard de croissance due à la malnutrition chronique, principalement en raison de l'insécurité alimentaire. Cette situation est aggravée par la poursuite du conflit et le déplacement. 

 

Une autre préoccupation majeure est la dimension de genre. «Les femmes congolaises jouent un rôle clé en termes de nourriture, d'eau et de santé pour leurs familles, néanmoins leur statut social est caractérisé par la soumission. Le conflit est une cause important des actes de violence sexuelle, l'autre est le contexte culturel. Pour construire une société ouverte au progrès, les garçons et les filles doivent se familiariser dès leur jeune âge avec le principe du respect mutuel; », souligne M. Arsenault. 

Importance de la réflexion stratégique 


De plus en plus l'UNICEF considère les trois stades d'Assistance humanitaire-Transition-Développement comme un continuum ; une perception qui permet de répondre avec souplesse au contexte de la RDC - qui a changé de nombreuses  fois au cours des 50 dernières années. «Tout en respectant les thèmes transversaux tels que le genre, le relèvement précoce et la protection, l'objectif global est d'assurer une réponse globale à une situation complexe; souligne la Représentante de l'UNICEF en RDC, Pierrette Vu Thi. «Surtout dans les zones à haut risque, difficiles d'accès, l'UNICEF fait la promotion de projets communautaires. Les foires de biens non alimentaires sur base de bons, pour les rapatriés illustre ainsi un de nos principes directeurs – de réduire les inégalités, entre les populations touchées par le conflit et les populations hôtes, et au sein des communautés."


La poursuite du conflit à un impact direct sur le développent de la RDC, et sur les enfants. Le déplacement, le recrutement forcé dans des groupes armés et les violences sexuelles en sont trois conséquences majeures. Depuis 2004, 36.000 enfants soldats ont été libérés. L'UNICEF et ses partenaires les ont accompagnés sur le long chemin du retour vers une vie normale. Mais le recrutement forcé d'enfants continue.  Sur une période de 12 mois, les partenaires de l'UNICEF fournissent en moyenne un soutien psychosocial à plus de 18.000 survivants de violences sexuelles, souvent y comprenant une assistance médicale dans les 72 heures suivant l’incident. On estime qu’un sur deux survivants est un enfant. L'impunité des auteurs reste la norme. Aujourd'hui, plus de 1,9 million de personnes sont déplacées en RDC. La continuation du conflit entrave toute dynamique d’un retour vers la paix. 


"Nous sommes préoccupés par le positionnement de l'UNICEF dans un environnement de plus en plus complexe;» déclare          M. Arsenault. "L'aide humanitaire doit commencer à la base. Le développement du pays proviendra du citoyen congolais. Notre responsabilité commune est de rendre le droit à la survie et le développement une réalité pour tous les enfants congolais. 

Ne rien faire aujourd'hui sera coûteux demain, en termes de vies et des ressources. " 

A propos de l'UNICEF 
L'UNICEF est présent dans plus de 150 pays pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de la petite enfance à l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé des enfants et de la nutrition, l'eau et l'assainissement, la qualité de l'éducation de base pour tous les garçons et les filles, et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements. 

Pour de plus amples informations s'il vous plaît contacter : 
Cornelia Walther, Chef de Communication UNICEF RDC / Kinshasa, cwalther@unicef.org, +243 – 818846746

15/10/2010

iPAD en RDC:Communiqué de presse

                                                                                                                                         

L’iPAD pour démarrer les 50 prochaines années d’or de la RDC 

L’iPAD fait désormais partie du calendrier officiel 

 

Le gouvernement de la RDC prend au sérieux la création d’un meilleur environnement des affaires dans l’une des économies émergentes les plus excitantes du continent africain, déclare Soren du Preez, directeur de la prochaine conférence annuelle sur l’investissement de l’iPAD à Kinshasa. La conférence a toujours bénéficié d’un appui gouvernemental de haut niveau et cette année ne fait pas exception, avec la participation, entre autres, des ministres des mines, des hydrocarbures et de la planification, le vice-premier ministre de la reconstruction en charge des postes, téléphones et télécommunications et le gouverneur de la Banque centrale.

 

iPAD = Infrastructures en Afrique, Partenariats pour le Développement

Déjà dans sa sixième année, la conférence et l’exposition de l’iPAD RDC mettront une fois de plus l'accent sur l'industrie minière et le développement industriel dans le pays. Prenant place du 25 au 27 octobre, les séances de la conférence fourniront également des renseignements pratiques sur les exigences financières, logistiques et énergétiques nécessaires au soutien des opérations industrielles et au développement économique.

Aux 50 prochaines années!
Le directeur de l’iPAD RDC, Soren Du Preez, déclare qu’au moment où la RDC fête son 50éme anniversaire, il ya une perspective dynamique et positive dans le pays: « Bien que la structure macro-économique de la nation ait été mise à rude épreuve en 2009 avec une croissance ralentie de 2,5% en raison de la récession économique mondiale, la croissance devrait se redresser pour atteindre 6,5% en 2010 et 8,8% en 2011 avec des conditions particulièrement favorables à l'industrie minière. Avec des prévisions positives en place, l'année du 50ème anniversaire de la RDC pourrait s’avérer clé dans la transformation du climat des affaires au sein des frontières congolaises. De grands progrès ont déjà été réalisés dans la première moitié de 2010, avec l'intronisation à l'organisation pour l'harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) ».

Le gouvernement déroule le tapis rouge

Selon Soren du Preez, le gouvernement de la RDC révère l’iPAD comme une tradition nationale mise en place pour améliorer les perceptions internationales du pays, stimuler l’investissement dans les verticales clés de l’infrastructure et pour « fournir un environnement privilégié dans lequel le gouvernement et ses intervenants peuvent rencontrer des chefs d’entreprise et des professionnels de l’exploitation minière afin d’établir des partenariats stratégiques et d’ouvrir les portes à un climat des affaires favorables ».

 

« Ce genre de conférence de haut niveau ne peut fonctionner que si le gouvernement y croit et apporte un soutien sans réserve », a déclaré Soren, « cela envoie un message très positif au monde des affaires et des investisseurs potentiels et créée une crédibilité énorme pour la RDC».

 

Le Katanga montre la voie?
Une journée de conférence supplémentaire doit prendre place au Katanga, « parce que le secteur minier du Katanga est susceptible d’être le catalyseur qui lancera la reprise de l’économie en RDC », a déclaré Soren du Preez. « Nous reconnaissons l'importance de cette industrie lucrative et de cette province en plein essor, ainsi la séance d’information post-conférence offrira un accès direct à l’intelligence économique dans le Katanga et permettra aux participants de s'engager directement  avec les chefs d'entreprise congolais qui peuvent fournir des services locaux à valeur ajoutée et faciliter les partenariats transfrontaliers ».

Les ministres et les représentants principaux d’investisseurs potentiels qui se réuniront à l’iPAD comprennent :

- S.E. Général Denis Kalume Secrétaire d’État Honoraire, Commissaire actuel du comité du 50ème anniversaire, RDC

- S.E. Martin Kabwelulu Labilo, Ministre des Mines, RDC

- S.E. Celestin Mbuyu Kabango, Ministre des Hydrocarbures, RDC

- S.E. Wu Zexian, Ambassadeur de la République Populaire de Chine, RDC

- S.E. Simon Bulupiy Galati, Vice-Premier ministre en charge de la Reconstruction: Ministère des postes, téléphones et télécommunications, RDC*

- S.E. Olivier Kamitatu Etsu, Ministre de la Planification, RDC*

- S.E. Laure-Marie Kawanda Kayena, Ministre des Transports et Voies de Communication, RDC*

- Mazunga Kimbembe, Conseiller en charge de l’Infrastructure, Présidence, RDC

- S.E. Gilbert Tshiongo Tshibinkubula Wa Tumba, Ministre de l’Énergie, RDC

- Moise Katumbi, Gouverneur de la Province du Katanga, RDC*

- S.E. Laurent Kahozi, Ministre de l’Infrastructure du Katanga, RDC

- M. Jean-Claude Masangu Mulongo, Gouverneur, Banque Centrale du Congo, RDC

- S.E. Juvenal Kitungwa, Ministre des Mines du Katanga, RDC

* : Invité

 

Site internet de l’évènement:www.ipad-africa.com/drc

Dates et lieux de l’évènement: 
25-27 octobre 2010, Grand Hôtel, Kinshasa, RDC;
29 octobre 2010, Grand Karavia Hôtel, Lubumbashi, RDC

Pour plus d’information, interviews et accréditation:
Chargée de communication:  Annemarie Roodbol
Tél.  +27 21 700 3558     
Fax.  +27 21 700 3501      
Portable: +27 82 562 7844
E-mail:
annemarie.roodbol@clarionevents.com