Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

29/11/2010

COMMUNICATIONS:HCR/UNICEF/MONUSCO

 

Communiqué d e P r e s s e

 

Kinshasa, le 27 Novembre 2010

 

Le Haut Commissaire Assistant du HCR Janet Lim achève sa mission en République Démocratique du Congo

 

Le Haut Commissaire Assistant pour les opérations de l’Agence des

Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Mme Janet Lim, a effectué une

mission de 6 jours pour évaluer les opérations du HCR en République

Démocratique du Congo (RDC) et examiner les moyens de renforcer les

programmes d’aide et de protection aux populations victimes de violences.

Elle s’est rendue dans le Nord et le Sud Kivu à l’Est du pays du 22 au 25

novembre 2010 avant de rencontrer les membres du Gouvernement et les

partenaires à Kinshasa.

Ces visites lui ont permis de s’enquérir de la situation des opérations du

HCR sur le terrain et de rencontrer les bénéficiaires des projets, les

partenaires du HCR et les autorités locales.

Elle a constaté que l’un des défis les plus importants auquel le HCR doit

faire face est l’accès aux populations du fait de l’insécurité et de

contraintes logistiques considérables.

Lors de sa visite dans les camps de déplacés internes dans le territoire de

Masisi, Mme Lim a réitéré l’engagement du Haut Commissariat des

Nations Unies pour les réfugiés d’apporter le soutien nécessaire en vue de

trouver des solutions durables aux problèmes des réfugiés et des

déplacés internes. Elle a réitéré aux bénéficiaires la détermination de

l’Agence pour les réfugiés à poursuivre le plaidoyer auprès des acteurs

humanitaires, des donateurs et du gouvernement congolais pour que des

réponses appropriées soient apportées dans un contexte d’insécurité qui

limite l’accès humanitaire.

Au Sud Kivu, le Haut Commissaire Assistant en charge des opérations a

lancé la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux

femmes dans un centre de formation pour les femmes à Kavimvira. Elle a

réaffirmé l’engagement du HCR à poursuivre ses efforts pour prévenir les

violences sexuelles et basées sur le genre et à contribuer aux efforts

menés pour lutter contre l’impunité. Elle a aussi rappelé la nécessité pour

tous les acteurs de se rassembler et de travailler conjointement pour la

2/2

lutte contre ces violences qui génèrent des conséquences

incommensurables.

Elle a également accueilli un convoi de réfugiés congolais rentrant du

Burundi, en présence des autorités locales, des partenaires opérationnels,

de représentants de pays donateurs et de la Représentante du HCR au

Burundi.

Dans ses rencontres avec les autorités du pays, les Agences soeurs des

Nations Unies, les donateurs et l’ensemble des partenaires, elle a rappelé

toute l’importance que le HCR accorde à son partenariat avec les autorités

tant au niveau national que provincial et au renforcement des capacités de

ces dernières à agir de concert avec l’ensemble des acteurs humanitaires.

Elle a insisté sur l’importance de renforcer les capacités des acteurs

locaux et de déployer tous les efforts visant à apporter protection et

assistance aux populations.

La RDC accueille actuellement quelque 162 000 réfugiés et compte plus

de 1,8 million de personnes déplacées internes dont plus de 1,3 million au

Nord et au Sud Kivu. 76 000 de ces déplacés internes vivent dans les

camps dans le Nord Kivu. Quelque 430 000 Congolais sont réfugiés dans

les pays voisins. Même si une amélioration de la sécurité dans certaines

zones a permis le retour de personnes déplacées internes et de réfugiés,

les affrontements ainsi que la violence contre les civils causent toujours de

nouveaux déplacements.

 

Pour des informations complémentaires, merci de contacter :

A Kinshasa :

Céline Schmitt – Tel. +243 81 700 94 84 – schmittc@unhcr.org

Simon Lubuku – Tel. +243 81 950 02 02 – lubuku@unhcr.org

À Goma:

Simplice Kpandji : Tel. + 243 81 833 13 22 – kpandji@unhcr.org

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE  POUR L’UNICEF

 

 

 

Près de 5 millions d’enfants du RDC immunisés contre la polio avec l’appui d’UNICEF

 

 

Goma, 25 Novembre 2010 – L’UNICEF a financé a plus 12 millions de dollars américains la deuxième phase de la campagne de vaccination contre la polio qui se déroule du 25 au 27 novembre 2010  dans toutes les provinces de l’est de la République Démocratique du Congo. Ce financement comprend l’achat des doses des vaccins, vitamine A, Mébendazole pour le déparasitage mais aussi le transport des intrants et la mobilisation sociale. Près de 4.800.000 enfants dans les 4 provinces de la l’Est de la République Démocratique du Congo sont attendus lors de cette phase.

 

 

Lancement a Goma avec la Mairie, l’OMS et l’UNICEF

A Goma, la campagne a été officiellement lance au Mont Carmel  par M. Juvénal NDABEREYE, Maire adjoint de la ville, représentant le Gouverneur de province empêché qui a promis l’implication de toutes les autorités politico-administratives dans cette campagne pour que tous les enfants soient vaccines à cette occasion.

 

Dr Rosine SAMBA de l’OMS, bureau de l’Est a insisté sur une campagne de qualité afin de mieux faire face a la recrudescence de la poliomyélite en République Démocratique du Congo. En effet, le nombre des cas ne cesse de croitre. De 47 cas, il y a près d’un mois, on est passé à 67 cas. Le Kasaï occidental avec 50 cas, le Bandundu avec 6cas et 9 décès. A l’Est, le Maniema avec 1 cas et un dernier cas découvert au Sud Kivu. Ce qui nécessiterait une riposte non seulement au Sud Kivu mais dans les provinces voisines dont le Nord Kivu, le Maniema, la province orientale.

Vitamine A pour renforcer le système immunitaire

La particularité de la deuxième phase est constituée par l’intégration de la Vitamine A et le Mébendazole. En effet, tous les enfants de 6 à 59 mois seront supplémentés a la vitamine A et tous les enfants entre 12 a 59 mois seront déparasités au Mébendazole pour favoriser leur bonne croissance et les protéger contre les infections.

 

Deux fois par an, la RDC avec l’appui des partenaires dont l’UNICEF, mène une campagne de supplémentation en Vitamine A  et de déparasitage au Mébendazole des enfants sur toute l’étendue du pays. La première phase de la supplémentation et du déparasitage s’est déroulée cette année en juin 2010 dans toutes les provinces de la RDC.

 



 


UNICEF

 

L'UNICEF est à pied d'œuvre dans plus de 150 pays et territoires pour aider les enfants à survivre et à s'épanouir, de leur plus jeune âge jusqu'à la fin de l'adolescence. Premier fournisseur mondial de vaccins aux pays en développement, l'UNICEF soutient la santé et la nutrition des enfants, l'accès à de l'eau potable et à des moyens d'assainissement, une éducation de base de qualité pour tous les garçons et toutes les filles et la protection des enfants contre la violence, l'exploitation sous toutes ses formes et le SIDA. L'UNICEF est entièrement financé par des contributions volontaires de particuliers, d'entreprises, de fondations et de gouvernements. Pour de plus amples informations sur l'UNICEF et son travail sur le terrain:   http://www.unicef.org/

 

 

 

Pour plus d'informations, veuillez s'il vous plaît contacter:

Ndiaga SECK, Spécialiste Communication UNICEF Zone Est  + 243 81 830 59 33

Alphonse SITEKE Communication Officer UNICEF Zone Est    + 243 81 830 59 11

Dr Amadou CISSE Health Specialist UNICEF Zone Est + 243 81830 59 12

 

 

CONFERENCE  DE PRESSE MONUSCO DU MERCREDI 24 NOVEMBRE 2010

 

Madnodje Mounoubai: Bonjour, mesdemoiselles. Bonjour, messieurs. Bonjour à nos auditeurs de la Radio Okapi qui nous suivent en direct.  Au cours de cette conférence de presse, nous vous parlerons des points suivants:

- Activités des responsables de la MONUSCO

- Activités des composantes de la MONUSCO

- Situation militaire

- Situation humanitaire (OCHA)

 

Activités des responsables de la MONUSCO

 

Activités du Représentant spécial

 

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la République Démocratique du Congo, Roger Meece, a effectué du 17 au 20 novembre 2010 une visite de travail  dans la province du Katanga. Pour cette première visite depuis sa prise de fonction à la tête de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO), en juillet dernier, M. Meece s’est rendu à Lubumbashi,
Kalemie et Bandera. « Cette visite constitue pour moi une opportunité d’échanger avec les autorités locales de la situation générale au Katanga, et de renforcer  le partenariat entre le gouvernement, la MONUSCO et le système  des Nations unies  dans son ensemble », a-t-il déclaré  à son arrivée à Lubumbashi.

 

Le Représentant spécial a eu des entretiens avec le chef de Bureau de la MONUSCO, l’ensemble des responsables des sections substantives de la Mission et des agences du système des Nations unies présentes à Lubumbashi.

 

A l’ensemble de ses interlocuteurs autorités politiques, militaires, policière et de la Société civile, M. Meece a rappelé le mandat de la MONUSCO tel que stipulé dans la Résolution 1925 du Conseil de sécurité des Nations unies. Tout en soulignant que la sécurité et la protection des civils demeurent la priorité, le nouveau  mandat  met aussi  l’accent sur la stabilisation. Roger Meece a souligné que dans le cadre de ce mandat, la MONUSCO apportera  son appui au processus électoral en RDC.

 

Concernant le retrait des Casques bleus, Roger Meece a précisé qu’ « il n y a pas un calendrier de retrait des forces de la MONUSCO- Tout est basé sur l’évolution de la situation sécuritaire conjointement avec le gouvernement. Le Conseil de Sécurité avait autorisé le retrait de 2000 Casques bleus. Et ce sont un peu plus de 1600 qui ont été retirés de la RDC ».

 

A son retour, M.Meece a fait une escale technique à Mbuji Mayi où il a rencontré l’ensemble du personnel de la MONUSCO  pour évoquer divers sujets tels  le processus électoral, la situation sécuritaire dans le Kasaï oriental.

 

Activités des composantes de la MONUSCO

 

Division Electorale

 

La Division Electorale et le Projet d'Appui au Cycle Electoral (PACE) du PNUD continuent d'appuyer la Commission Electorale Indépendante  pour  l'opération de révision du fichier électoral. Après le Bas Congo, la CEI a lancé le 20 novembre  2010 à Kindu, l'opération de révision du fichier électoral dans la province du Maniema. C’est le Bureau de Représentation Provincial de la CEI qui a lancé officiellement  cette opération en présence des autorités locales et du chef du Bureau de la MONUSCO. Au Maniema,  cette opération durera 90 jours, soit du 20 novembre 2010 au 17 février 2011.

 

Toujours au Maniema, la MONUSCO a déployé 110 tonnes de matériel électoral.  Elle envisage encore cette semaine déployer 20 tonnes de matériel électoral par train,  de Kananga  vers les territoires de Mweka, Ilebo et Demba dans la Province du Kassaï Occidental.

 

DDRRR

 

Cette semaine, le taux de rapatriement a été plus faible, deux capitaines FDLR ont été extraits au Sud-Kivu. Ce qui porte à 66 le nombre d’officiers FDLR extraits dans le cadre du DDRRR au cours de cette année, soit 1 colonel, 2 lieutenants-colonels, 7 majors, 15 capitaines, 22 lieutenants, et 19 lieutenants seconds. Ce qui représente une augmentation du nombre d’officiers par rapport à l’année dernière. 

 

La principale zone d'extraction demeure le Sud-Kivu où les opérations militaires couplées à une perte de confiance dans le leadership des FDLR, due à l’arrestation des dirigeants politiques des FDLR, aux contradictions découlant de la collaboration avec les Maï Maï et avec des éléments du CNDP, ainsi qu’à la résistance à leur envoi en renfort dans le Nord Kivu. Il y a également une augmentation des rivalités internes. 

 

QIPS


Début ce mercredi 10 novembre à Bunia de travaux de construction du cahot pour femmes au parquet  de grande instance de l’Ituri. Ces travaux sont exécutés par  les Casques bleus du contingent Guatémaltèque de la MONUSCO. D’après le conducteur de travaux, ce cahot de 5 mètres de hauteur et 9 mètres de longueur comporte essentiellement un grand dortoir d’une capacité de 10 lits. Il comportera également des installations hygiéniques et sera fourni en éclairage électrique. Cette construction vise à respecter la dignité humaine  en séparant les détenus femmes des hommes. Notez que cette construction est financée par la MONUSCO à hauteur de plus de 13 milles dollars. Elle va durer 3 mois.

Affaires civiles

En Province Orientale, une mission d’évaluation conjointe composée de la MONUSCO, des Agences des Nations Unies et des ONG Internationales a été déployée au centre Ango (Bas Uélé) du 18 au 19 novembre pour y évaluer la situation humanitaire et de protection. L’équipe a rencontré les représentants de la société civile, les leaders de l’église catholique, plusieurs chefs de groupement, des hommes d’affaires ainsi que des forces de sécurité congolaise. La mission a reçu des informations sur l’assistance humanitaire due à l’insécurité dans ce territoire. Bien que la situation soit calme au centre d’Ango, les territoires d’Ezo, Mopoy et Sasa sont encore sous la menace des LRA. L’équipe a aussi noté que l’accès au centre d’Ango et ses environs n’est pas facile à cause de la mauvaise condition de la route entre Dungu et Ango qui rend difficile l’apport de l’assistance humanitaire à une population dans le besoin.

 

Par ailleurs, la MONUSCO a organisé en partenariat avec l’ONG Search for Common Ground une série d’ateliers sur la gestion du conflit et la réconciliation dans le Sud Ubangi, (Province de l’Equateur), suite aux confrontations entre les groupes ethniques sur les droits à la pêche; il y a de cela une année. En juin 2010, le premier atelier s’est tenu à Gemena. Un deuxième atelier s’est tenu à Dongo en août. Cette semaine, du 21 au 27 novembre un atelier de réconciliation s’est tenu à Bokonzi au cours duquel il y avait plusieurs activités de prise de connaissance .Deux autres ateliers sont envisagés dans les villages de Bozene et Enyele d’ici la fin de l’année.

 

Genre

 

Dans le cadre du renforcement de la stratégie de protection des femmes en RDC, le bureau Genre de la MONUSCO a mené, depuis septembre dernier, une étude nationale de deux mois sur le thème de l'impact socio-économique pour les femmes et jeunes filles de l'exploitation artisanale des ressources naturelles en RDC. Depuis hier, experts nationaux et partenaires des secteurs des différents bureaux de la MONUSCO sont réunis en atelier à Kinshasa pour harmoniser les résultats des validations des 7 provinces identifiées, à savoir, Orientale, Nord Kivu, Sud Kivu, Ituri, Katanga, Kasaï Oriental, Kasaï Occidental et Maniema.

 

Certains des objectifs recherchés sont immédiats comme l’établissement d’une première base de données relative à l’implication de la femme dans l’exploitation des ressources naturelles en RDC et d'autres s'inscrivent dans le long terme en tant qu'appui au développement économique, social et culturel durable de la femme et de la jeune fille en RDC.

 

Ce jeudi 25 novembre de 8h à 11h à Kinshasa dans les installations de la MONUSCO à Congo Bâtiment et à l’occasion de la commémoration de la Journée Internationale contre les Violences faites à la Femme, le Bureau Genre présentera les résultats de cette étude. Toute la presse y est cordialement invitée. Un communiqué vous sera distribué à la fin de la conférence pour de plus amples informations.


Protection de  l’enfant

A Kiwanja, au Nord Kivu, un centre de formation professionnel construit par le  contingent  indien de la Brigade du Nord Kivu de la MONUSCO a ouvert ses portes le 20 novembre 2010 en présence du Commandant de la Brigade du Nord Kivu le Brigadier général CP Mohanty.  Le slogan de ce centre est: "Apprendre pour gagner sa vie". Le centre va offrir plusieurs spécialités notamment, la mécanique, l'agriculture, la menuiserie, la soudure et la transformation des aliments. Le but poursuivit est de détourner les jeunes des groupes armés pour leur offrir la possibilité de gagner décemment leur vie tout en participant au développement de leur communauté et partant de leur pays.


Etat de droit

La section Etat de Droit et Défense Institute of International Légal Studies (DILLS) apportent leur appui au Ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants de la RDC dans son programme de renforcement des capacités des magistrats et des auxiliaires de la justice militaire des provinces du Kasaï Oriental et Kasaï Occidental. Du 19 au 22 novembre 2010, 31 acteurs judiciaires, OPJ de la PNC et des FARDC, Commandants d’unités et Magistrats, des deux provinces, suivront la formation des formateurs, dont le thème principal est intitulé : « Efficience et Équité Procédurales ».

UN Police

La phase pilote de la campagne de collecte des données débutera le 30 novembre 2010, à Kinshasa et à Mbandaka. Ces zones seront couvertes par 24 équipes de collectes constituées d’enquêteurs, d’opérateurs biométriques et d’observateurs indépendants dont notamment des officiers de la police MONUSCO.

 

Préalable à une profonde réforme de la gestion des ressources humaines de la PNC, la collecte des données des policiers consistera à recueillir les informations personnelles, administratives, professionnelles et surtout biométriques de tous les policiers. Ces données serviront de base à un système intégré, centralisé et sécurisé pour une gestion transparente et efficiente des effectifs de la PNC.

 

De là découleront d’une part la création de cartes professionnelles biométriques infalsifiables, propres à décourager toute usurpation de fonction et d’autre part, une véritable politique sociale et surtout salariale ainsi qu’un meilleur suivi de carrière des fonctionnaires de Police et enfin, plus généralement, la valorisation de leur métier.

 

La MONUSCO qui est membre du CSRP à travers sa Police, contribue depuis son origine, à la conception du projet au SE/CSRP au sein duquel, 9 experts UNPOL travaillent  quotidiennement aux côtés de leurs pairs congolais et internationaux.

 

Concernant la Stabilisation de l’Est, le nouveau commissariat de Sake, livré officiellement à la PNC le 10 décembre 2010, dans le cadre d’un programme de construction de 14 commissariats sous financement Pays-Bas/Allemagne, est désormais opérationnel. Des restructurations et des nominations ont été opérées pour organiser les effectifs de policiers qui y sont désormais affectés. Pour donner une plus grande homogénéité à cette nouvelle équipe, une session de recyclage des 60 policiers concernés se déroulera au sein même du commissariat du 24 au 29 novembre 2010.

 

A Mbandaka, dans le cadre de son programme de formation sur sites, la Police MONUSCO, assistée de l’Unité pénitentiaire de la MONUSCO, a dispensé hier mardi 23 novembre des cours à quatorze apprenants composés d’agents de Police et du personnel pénitentiaire de la prison centrale de Mbandaka. Les cours ont porté sur la garde statique et les techniques de fouille et de perquisition.

 

Droits de l’Homme

 

Du 19 au 22 octobre 2010, le BCNUDH s’est rendu à Walikale–Centre et à Kampala, au Nord-Kivu, pour enquêter sur des allégations de violations des droits de l’homme commises par des présumés combattants FDLR sur des civils les 6 et 7 septembre 2010. Suite à cette mission, le BCNUDH a été en mesure de confirmer qu’au cours des incidents, au moins 13 femmes auraient été victimes de violences sexuelles, dont 9 femmes auraient été violées. Au cours de l’attaque, les assaillants, diversement vêtus en uniforme militaire et en civil, auraient par ailleurs pillé au moins 65 maisons, une mosquée et une école primaire.

 

Le BCNUDH a organisé le 19 et 20 novembre dernier, un atelier sur les recommandations de l’Examen périodique universel (EPU), et autres procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme au CEPAS, Kinshasa. Au total, 15 participants issus du Comité Interministériel des Droits de l’Homme, de la Commission Nationale de Suivi de l’EPU mise en place par le  Ministère de la Justice et Droits Humains y ont pris part. L’atelier avait pour objectifs l’identification, la catégorisation et la priorisation des recommandations adressées à la RDC par les différents mécanismes de l’ONU concernant la protection des droits de l’homme et l’élaboration d’un projet de calendrier de mise en œuvre desdites recommandations.

L’EPU est un mécanisme de défense des droits de l’homme qui permet au Conseil des droits de l’homme d’examiner, sur une base périodique, le respect des obligations assumées et des engagements souscrits dans ce domaine par les Etats membres de l’ONU, dont la RDC. La situation des droits de l’homme en RDC avait été examinée par l’EPU le 18 mars 2010.

 

 

Situation militaire

 

En Province Orientale, les rapports ont continué de signaler des attaques dont seraient responsables les éléments de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans la région de Bangadi-Ngilima-Niangara y compris des enlèvements. Toutefois, l’opération conjointe spéciale menée par les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et les Forces de Défense du Peuple Ougandais (UPDF) contre les éléments de la LRA à Ngilima, a connu un succès.

 

En Ituri, le Sud du territoire d’Irumu demeure toujours instable et connaît une certaine détérioration de la situation sécuritaire.

 

Des combats se sont produits entre les FARDC et les éléments de l’Alliance des Forces Démocratiques (ADF) à la frontière du district d’Ituri et de la province du Nord-Kivu. Des affrontements se sont également produits entre les FARDC et les miliciens du Front Populaire pour la Justice au Congo (FPJC). Dans l’effort de protéger les populations locales, les FARDC ont rétabli deux de leurs postes sur l’axe Bunia-Bogoro le 14 novembre 2010, comme réponse aux préoccupations sécuritaires exprimées par les populations locales, suite aux récentes activités des miliciens du FPJC autour de Chekele.

 

Au Nord-Kivu, les éléments des Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) ont été relativement actifs la semaine dernière. Une embuscade contre un camion civil à Ntoto a provoqué un grand nombre des victimes dans la région de Walikale. La Force de la MONUSCO a apporté son soutien pour l’évacuation des blessés après cette embuscade.

 

Toujours au Nord-Kivu, la Brigade du Nord-Kivu de la Force de la MONUSCO a rapporté le 16 novembre 2010 la présence d’environ cent éléments des Patriotes Résistants Congolais (PARECO) à Buniyatenge, et d’autres pourraient encore les rejoindre. L’une des premières conséquences de cette présence est l’augmentation du nombre des déplacés dans la région de Masereka. Des rapports ont également signalé le regroupement d’éléments FDLR à Masisi.

 

Le dimanche 21 novembre 2010 à 9h30, les Casques bleus de la Force de la MONUSCO basés dans le secteur de Mpofi et Luvungi, environ 200 kilomètres à l’Ouest de Goma, en territoire de Walikale, ont libéré, dans une action musclée, deux civils pris en otage par les rebelles rwandais des FDLR.

 

Au Sud-Kivu, la situation sécuritaire s’est améliorée de manière significative la semaine dernière, particulièrement dans les territoires de Shabunda et de Fizi-Minembwe. Cependant, quelques activités d’éléments FDLR ont été signalées dans la région de Bunyakiri. Le regroupement signalé d’éléments Mayi-Mayi Yakutumba au Sud de Lulimba constitue une source de préoccupation concernant la protection des populations civiles dans cette région. Sur une note positive, il convient de signaler que quelques redditions volontaires des combattants FDLR ont été enregistrées la semaine passée.

 

Signalons enfin le lancement depuis le 12 novembre 2010 de l’opération ‘’PROTECTION SHIELD’’, en réponse à une recrudescence de l’activité des groupes armés observée ces derniers temps dans les zones de Minembwe, Fizi et Uvira contre les populations, les organisations humanitaires et parfois les FARDC, qui ont été les cibles privilégiées de ces différents groupes armés (Forces Républicaines Fédéralistes (FRF), FDLR et Mayi-Mayi). L’opération va durer du 12 au 30 Novembre 2010.

 

A terme, elle devrait permettre d’obtenir les effets suivants : empêcher les attaques des groupes armés contre les populations ; restreindre les activités des groupes armés dans cette zone de responsabilité; créer des conditions favorables pour le retour des déplacés ; renforcer la confiance mutuelle avec les autorités gouvernementales grâce à une action proactive de la MONUSCO, fermement engagée dans les opérations ; faciliter la conduite du reste des opérations par les FARDC et empêcher tout soutien aux groupes armés à partir du lac Tanganyika.

 

(Un Communiqué de presse est disponible à ce sujet et vous pourrez avoir une copie à la fin de cette conférence de presse).

 

Enfin, au sujet des patrouilles menées par la Force de la MONUSCO, elle a mené 1104 patrouilles y compris 417 patrouilles nocturnes et fourni 98 escortes, pendant que 341 autres patrouilles ont été menées par les Observateurs Militaires de cette Force pendant la période sous examen. 

 

 

PIO/MONUSCO/Expression-rdc

Les commentaires sont fermés.