Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

20/01/2011

Communication 19/01/2011

Situation humanitaire en République Démocratique du Congo

Note d’information à la presse, 19 janvier 2011

 

 

Province du Sud-Kivu

 

·    Le bilan revu des représailles exercées par des éléments des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) contre la population de Fizi centre entre dans la nuit du 1er au 02 janvier fait état de 50 victimes de viol et 26 blessés dont 3 graves. Les cas de viol ont été pris en charge médicalement par Médecins sans Frontières et l’Hôpital général de référence de Fizi. L’ONG CAMPS assure la prise en charge psychosociale des victimes et la sensibilisation. L’ONG procèdera également à la formation en faveur des assistantes sociales de Fizi sur la prise en charge psychosociale des victimes de violences faites aux femmes. A la suite du décès d’un des leurs, des éléments de l’armée avaient fait une descente à Fizi centre où ils s’étaient illustrés par des actes de viols, d’agressions physiques, de tortures, de pillages, d’arrestations arbitraires, de traitement inhumain et dégradant. Actuellement, la tension est retombée. Huit soldats accusés d’avoir participé à ces exactions ont été mis aux arrêts par les auditeurs militaires présents à Fizi.

·    Une épidémie de rougeole sévit actuellement dans la ville de Bukavu. Quelque 108 cas et deux décès ont déjà été signalés dans la Zone de santé (ZS) de Kadutu. La maladie s’est rapidement propagée dans et aux alentours du camp militaire « T.P. », une zone à très forte concentration de population. Suite à l’apparition de quelques cas depuis novembre à Kadutu ainsi que dans quatre autres zones de santé de la province, l’organisation d’une campagne de vaccination de riposte avait été recommandée par les acteurs de la santé. Cependant, seule la ZS de Fizi avait été ciblée par MSF, en raison de moyens limités. En réponse aux nombreux cas de rougeole de Kadutu, l’Unicef a remis un lot de médicaments à l’Inspection provinciale de la santé pour la prise en charge des malades, tandis que la vaccination de routine chez les enfants de 09 à 23 mois a été renforcée.

·    Les activités humanitaires entre Uvira et Baraka pourraient être fortement perturbées en cas de rupture de la route entre les deux cités. De nombreux ouvrages de franchissement menacent de céder sous la pression des érosions et de la surcharge des camions. Plusieurs partenaires humanitaires fréquentent cette route pour leurs activités. Les groupes sectoriels logistiques d’Uvira et de Fizi comptent faire le suivi de cette préoccupation auprès autorités compétentes de ces deux territoires

 

Province Orientale

 

·  M. David Schaad, Directeur adjoint du PAM en RDC, a ouvert officiellement le  15 janvier un corridor humanitaire entre Koboko, en Ouganda, et Aru (territoire du même nom, en Ituri), pour le ravitaillement des entrepôts d’Aru en vue de servir en vivres les localités des Haut-Uele et Bas-Uélé.

·  L’ONG Association pour le développement social et la sauvegarde de l'environnement (ADSSE) a distribué en décembre 228 tonnes de vivres du PAM à 11 207 personnes déplacées à Idohu et 9 110 déplacés à Komanda dans le Territoire d’Irumu, en Ituri. Dans le cadre du programme de la cantine scolaire, un total de 180 tonnes de vivres a été distribué à 44 218  élèves, 958 enseignants et 445 cuisiniers à Djugu et Mambasa, en Ituri.

·  Le sous cluster Logistique de Dungu est à la recherche de fonds à mettre à la disposition de l’UNOPS afin de lui permettre de réaliser des évaluations des routes dans les Ueles. D’autre part, le sous cluster est à la recherche d’un partenaire pour la réhabilitation du pont Nangume (dans le Haut-Uele) sur financement du Fonds de réponse rapide (RRF). L’ouvrage est d’une grande importance pour l’acheminement de l’assistance humanitaire dans les districts des Uele.

·  Les premiers résultats de l’évaluation de Solidarités dans le cadre du programme de Réponse rapide aux mouvements de populations (RRMP), du 28 décembre au 2 janvier 2011 à Djabir (Haut-Uele), renseignent que 450 ménages déplacés sont arrivés en décembre à Djabir. Ce déplacement est consécutif aux attaques des rebelles présumés de l’Armée de résistance du seigneur  (LRA) entre le 12 et le 17 décembre dans les localités de Gbéré, Ombalaga  et Lema. 222 ménages sont en familles d’accueil ; 124 dans des parcelles cédées (des terres « prêtées » par les autorités) ; 104 en site (« camp Sobe »). Par ailleurs, 64 ménages déplacés en provenance de Gbere se sont installés à Faradje, dans le quartier d’Alimoke. Les besoins les plus importants s'expriment particulièrement en vêtements, moustiquaires et ustensiles de cuisine.

·  La LRA continue de faire des victimes dans les districts des Uele. Lors d’une embuscade le 15 janvier à 35 km de Bangadi, une religieuse congolaise a été tuée et quatre autres personnes ont été blessées. Ophtalmologue de formation, la victime revenait de Doruma et Bangadi où elle venait de soigner des malades. Les rescapés parmi lesquels un médecin ont été ramenés le 16 janvier à Dungu.

 

Province du Nord-Kivu

 

· Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a alloué la semaine dernière un bulldozer au Bureau des Nations Unies pour les services d'appui aux projets (UNOPS) de Goma pour des travaux de réhabilitation des routes afin d'assurer un accès permanent aux bénéficiaires de l'aide humanitaire dans la province. Ce bulldozer est un don de l'entreprise Caterpillar aux opérations logistiques du PAM en RDC. Il vient renforcer les travaux d'entretien et de réhabilitation des routes en cours dans cette province où le PAM fournit l'assistance alimentaire à plus de 296 300 personnes déplacées internes et 227 800 personnes retournées dans leur territoire d'origine. L'accès à ces bénéficiaires est, par moment, handicapé par le mauvais état des routes et le manque d'équipements nécessaires à leur entretien.

 

Province du Katanga

 

· La FAO vient de mettre à la disposition du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) des houes et des machettes pour une distribution en faveur des populations pygmées déplacées dans le nord de la province à la suite des exactions des groupes armés. Une mission conjointe d’évaluation (FAO, HCR, OCHA, ONG et représentants du gouvernement) qui s’était rendue le 8 décembre dans les villages de Lukengwe et Sango, au Nord-est de Kalemie, avait estimé leur nombre à 1 642 déplacés. La mission avait fait état d’une situation alimentaire et nutritionnelle préoccupante et avait recommandé un appui en vivres et intrants agricoles.

 

Province de l’Equateur

 

· Face à des statistiques agricoles disparates et parcellaires, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a développé avec le Ministère de l’agriculture et l’Institut national des statistiques (INS) un système de suivi de la sécurité alimentaire et d’alerte précoce en milieu rural (observatoire rural) et en milieu urbain (observatoire urbain). Dans le but d’améliorer la qualité de ce suivi, la FAO a entrepris depuis le 12 Janvier d’organiser des cours de remise à niveau des enquêteurs sur les nouvelles méthodes de collecte des données liées à la sécurité alimentaire et aux alertes précoces. Ces formations ont été organisées au profit de 34 inspecteurs agricoles et techniciens agronomes sur trois sites (Boende, Gemena et Mbandaka) regroupant plusieurs districts.

 

OCHA/Kinshasa-RDC

 

CONFERENCE  DE PRESSE MONUSCO DU MERCREDI 19 JANVIER 2011

 

Madnodje Mounoubai: Bonjour, mesdemoiselles. Bonjour, messieurs. Bonjour à nos auditeurs de la Radio Okapi qui nous suivent en direct.  Au cours de cette conférence de presse, nous vous parlerons des points suivants:

 

- Activités des composantes de la MONUSCO

- Situation militaire

- Situation humanitaire

 

Activités des responsables de la MONUSCO

La Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations Unies en République démocratique du Congo (RDC), Leila Zerrougui, a pris part aux côtés de la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), Irina Bokova, et des autorités congolaises à la réunion de haut niveau sur les biens de la RDC classées au patrimoine mondial.

La RDC est en effet le seul pays d’Afrique à compter sur son sol cinq sites naturels, exceptionnels, figurant sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO: les parcs nationaux de la Garamba, de Kahuzi-Biega, de Salonga et de Virunga, et la Réserve de faune à Okapis. Malheureusement, l’état de ces sites reste aujourd’hui extrêmement préoccupant.

« Si les défis sont énormes, ils n’affectent en rien la détermination du Système des Nations Unies de continuer à soutenir le Gouvernement de la RDC dans ses efforts en la matière » a souligné Mme Zerrougui lors de ces rencontres. Une volonté également affichée par Mme Irina Bokova: « La protection, d’abord, et le renouveau écologique de ces sites, ensuite, relèvent de la priorité la plus absolue »

 

Activités des composantes de la MONUSCO

 

Droits de l’Homme

 

Le BCNUDH a organisé, au cours des mois de décembre 2010 et courant janvier 2011, des ateliers pour l’élaboration  du plan stratégique pour le renforcement de la lutte contre l’impunité des violences sexuelles dans les provinces du Bandundu, Katanga, Kasaï occidental, Kasaï oriental et Kinshasa. Les participants dont les membres de la société civile, du gouvernement, de la magistrature civile et militaire, de la PNC et des FARDC ainsi que des agences du système des Nations Unies ont adopté des plans stratégiques à mettre en place dans leurs localités. Le dernier atelier pour l’élaboration du plan stratégique de la province du Bas-Congo aura lieu les 25 et 26 janvier à Matadi. Ces activités s’inscrivent dans le cadre du projet de lutte contre l’impunité des violences sexuelles soutenu par l’Agence suédoise de coopération internationale au développement (ASDI).

Dans le cadre du même projet ASDI, le BCNUDH a appuyé les audiences foraines du Tribunal de grande instance de Luebo dans le territoire d’Ilebo qui ont débuté le 13 janvier 2011. Treize affaires de viol ont été extraites du rôle du Tribunal et les audiences se termineront le 25 janvier 2011.

DDRRR

 

En 2010, le DDR/RR a rapatrié 1.165 ex-combattants étrangers dont 1.034 éléments des FDLR. Avec les 847 ex-combattants FDLR congolais, le DDR/RR a démobilisé au total 1.881 combattants FDLR et rapatrié 1.175 membres de leurs familles. Depuis le lancement des opérations conjointes en janvier 2009, le DDR/RR a démobilisé au total 3.878 combattants de FDLR – plus de la moitié des forces combattantes. En outre, le DDR/RR a extrait 1.870 refugiés rwandais, soit un quart du total de 7.617 rapatriés par le UNHCR en 2010.

 

Le nombre des démobilisés FDLR, cette année, est resté élevé bien qu’il y ait eu une petite baisse par rapport aux chiffres de 2009, soit 1.997. Le nombre des officiers qui se rendent s’est accru. En 2009, le DDR/RR a reçu des officiers dont la plus part officiers inferieurs; en 2010 le DD/RR a reçu 65 officiers dont 2 Colonels, 4 Lieutenant Colonels et 5 Majors. 

 

Division Electorale

L’assistance électorale du système des Nations Unies et le soutien à la commission électorale, tant l’actuelle Commission Electorale Indépendante (CEI) que la future Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), est menée conjointement par la Division Electorale (DE) de la MONUSCO et le Projet d’Appui au Cycle Electoral (PACE) du PNUD. En plus d’un appui intégré à la planification des opérations électorales, à la révision du fichier électoral (RFE) jusqu’aux prochains scrutins, la DE assure l’appui logistique, la coordination à l’appui aux activités de sensibilisation et d’éducation civique, la finalisation du cadre légal et juridique. Ainsi, sur le plan logistique, les moyens aériens de la MONUSCO permettent le déploiement du matériel électoral. 1.800 tonnes de matériel ont ainsi été transportées depuis 2008 pour les opérations de révision du fichier électoral, dont 1.600 tonnes de matériel depuis 2010 vers 14 hubs et 176 sous-hubs.

 

La RFE s’est déjà tenue à Kinshasa et au Bas-Congo. Les prochaines provinces concernées par les opérations de RFE sont le Kasaï occidental et le Katanga, suivies des provinces du Bandundu, du Nord et du Sud Kivu, du Kasaï Oriental, de la Province Orientale, d l’Equateur, ainsi que de la ville province de Kinshasa où la RFE sera complétée.

 

UN Police

La Police MONUSCO a lancé, dans le cadre de renforcement des capacités de la Police Nationale Congolaise (PNC), deux sessions de recyclage sur la sécurisation du processus électoral respectivement à Kananga, le 17 janvier, au profit de 14 chefs d’unité de la PNC et à Lubumbashi, le 18 janvier, à l’intention des Unités de Police de Kipushi et Kasumbalesa.

 

La troisième session de recyclage financée, par la JICA (Agence de coopération Internationale Japonaise), au centre d’instruction de Munigi à Goma, le 18 janvier, au profit de 500 policiers provenant de Kalehe, Lubero, Maniema et Masisi.

 

Concernant les activités liées à la Réforme de la PNC, la Police de la MONUSCO continue à participer activement aux travaux du CSRP (Comité de Suivi de la Réforme de la Police) qui s’est penché cette semaine sur à l’analyse comparative de la grille salariale des FARDC afin d’enrichir celle de la PNC dans le respect des deux corps.

 

Par ailleurs, elle a continué à superviser l’opération de collecte des données de la PNC dans la ville province de Kinshasa et de Mbakana.

 

Dans le cadre de la lutte contre les violences sexuelles, la JMT (Joint Monitoring Teams) de Bukavu, une composante de la Police de la MONUSCO, a visité l’Hôpital de Panzi pour discuter de la relance du partenariat avec les responsables dudit Hôpital en vue de lutter contre l’impunité des auteurs de viols et plus particulièrement dans les actions de formation ou de sensibilisation au profit des enquêteurs de la PNC. En outre, la JMT de Masisi a visité les différents camps des déplacés situés aux alentours de Masisi-centre et a rencontré les autorités administratives, policières et judiciaires.

 

Au niveau des actions sociales, l’Unité de Police Constituée du Bangladesh basée à Bukavu, dénommée BANFPU3, a offert, le 13 janvier 2011, des lots de médicaments et prodigué des soins médicaux gratuits aux enfants de l’orphelinat de Ekabana, dans la commune de Kaputu. 


Situation militaire

La situation sécuritaire à l’Ouest de la République Démocratique du Congo est relativement stable. Dans le cadre de l’aide à la mobilité et de la facilitation de l’aide humanitaire, la Force de la MONUSCO a réhabilité sept ponts sur l’axe Gemena-Bozene-Dongo. Les équipes d’Observateurs Militaires de la Brigade Ouest de la Force de la MONUSCO ont effectué des patrouilles de longue portée vers le secteur de Yokoma pour évaluer la situation sécuritaire des districts du Nord-Oubangui et de Mongola.

 

Une mission d’évaluation conjointe s’est rendue au village de Inyele, à une centaine de kilomètres au Sud de Dongo dans le territoire de Kungu, suite à la réémergence de conflits communautaires entre les tribus Lobala et Monzaya, au Sud-Oubangui. Une autre mission d’évaluation sécuritaire sera conduite au territoire de Monkoto, dans le parc de la Salonga, suite à des rumeurs d’instabilité imputable à la présence de rebelles ENYELE.

 

L’unité de la ‘’Riverine’’ de la Force de la MONUSCO, en liaison avec les forces navales des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), poursuivent leurs opérations conjointes sur le fleuve Congo et ses principaux affluents en vue de restaurer un environnement fluvio-maritime sûr et stable.

 

En Province Orientale, la situation sécuritaire est relativement stable malgré la survenance d’incidents isolés attribués à l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans la zone de Faradje où la Force de la MONUSCO, les FARDC et les unités Ougandaises ont renforcé leur dispositif. Quatre jeunes filles auraient été enlevées à Aba les 7/8 janvier 2011 par un groupe armé non identifié, alors qu’un milicien, un FARDC et un civil ont été tués le 9 janvier 2011 dans la zone de Gangala au cours de combats entre les FARDC et des éléments supposés appartenir à la LRA.

 

La 4ème phase de l’opération ‘’RUDIA UMBRELLA’’ se poursuit dans la zone de Bangadi et de Malingindu. L’opération a été prolongée au delà du 12 janvier 2011 pour couvrir la période du référendum au Sud-Soudan. Le plan de contingence élaboré à cet effet en liaison avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) reste actif pour éventuellement faire face à l’afflux de réfugiés en République Démocratique du Congo (RDC). Cinq points de franchissement sur la frange frontalière RDC/Sud-Soudan sont prévus, ainsi que trois camps de réfugiés à Kaka, au Sud de Dungu, Rudu et Biringi dans la zone de Faradje.

 

Quant à l’opération ‘’TURI UMBRELLA’’, elle se poursuit dans la zone de Aveba /Bukuringi pour maintenir la pression sur les milices du Front de Résistance Patriotique de l’Ituri (FRPI) et du Front Populaire pour la Justice au Congo (FPJC) tout en renforçant la confiance de la communauté Walendu Bindi. Les opérations menées par les FARDC à Mataratara et Kanyatsi, où neuf miliciens ont été neutralisés, ainsi que l’opération ‘’ITURI UMBRELLA’’ auraient largement contribué à maintenir la tendance à la hausse des redditions de miliciens observée depuis le début de l’opération, tout en assurant une meilleure protection des populations.

C’est le lieu de rappeler également qu’au cours de l’année 2010 ce sont 133 combattants LRA qui auraient été tués par la coalition FARDC/UPDF, alors que 80 autres se seraient rendus. Quant aux miliciens, ils seraient de plus en plus affaiblis et isolés dans leurs retranchements de Zunguluka et d’Aveba. 18 miliciens se sont rendus au FARDC dans le Sud-Irumu.

 

Dans le cadre de la réalisation d’infrastructures de développement, la route Bogoro-Aveba (46 kilomètres) a été complètement réhabilitée par la compagnie de génie Népalaise et inaugurée par les autorités locales, le chef de Bureau de la MONUSCO et les chefs de collectivités d’Aveba et Bogoro.

 

Dans le Nord-Kivu, la semaine a été marquée par une recrudescence des activités de l’Alliance des Forces Démocratiques (ADF) à Mutwanga dans le territoire de Beni alors que les FARDC viennent de lancer la quatrième phase de l’opération unilatérale ‘’RWENZORI’’. Des rapports font état d’une concentration d’éléments des Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) entre Masisi et Rutshuru qui pourrait être provoquée par les récentes opérations conjointes dans la zone de Kimua-Ngenge.

 

39 combattants FDLR ont été démobilisés entre le 1er et le 15 janvier 2011 et 5 combattants FDLR se sont rendus à la base opérationnelle de la Force de la MONUSCO de Pinga.

 

L’opération ‘’HATUA YA MAANA’’ (Avancée décisive) lancée contre les FDLR a permis d’interdire la zone de Kimua-Ngenge aux groupes armés. Elle a été temporairement suspendue du fait d’allégations de violations graves de Droits de l’Homme dans les localités de Bushani, Mikweti et Kalambairo. Les missions conjointes d’investigation en cours permettront de déterminer les responsabilités et de prendre les sanctions appropriées.

 

 

Dans le Sud-Kivu, les opérations conjointes dans le Sud de la province et dans la zone d’Isangi et de Busuringi à la limite des Nord et Sud-Kivu se sont achevées avec plus de 120 FDLR neutralisés dont 42 tués.

 

La brigade Sud-Kivu continue de marquer sa présence dans les zones les plus vulnérables par le déploiement régulier de bases opérationnelles mobiles et des déploiements d’urgence d’unités de Forces Spéciales Egyptiennes.

 

Deux combattants FDLR et cinq membres de leurs familles ont été arrêtés le 7 janvier 2011 par les FARDC au cours de patrouilles à Kawera. Ils ont été remis à la disposition des représentants du DD/RRR à Minembwe. Le 9 janvier 2011, deux autres combattants FDLR - dont un officier - se sont volontairement rendus à une patrouille de la base de la MONUSCO à Hombo.

 

La situation sécuritaire à Fizi se rétablit suite aux troubles sociaux consécutifs aux allégations de violations des Droits de l’Homme par les FARDC. Une première mission de protection conjointe in situ a confirmé 13 cas de viols entre le 1er et le 4 janvier 2011. Une autre mission sera déclenchée sous peu. Les autorités FARDC se sont engagées à mener des poursuites judiciaires contre les prévenus.

 

Dans le cadre de la réalisation de projets à impact rapide (QIPs), la MONUSCO continue à appuyer les initiatives de développement et de stabilisation des communautés. C’est ainsi que dans le Maniema, la construction de points d’eau et de puits à Bafawasende, la réhabilitation de la maternité de Ketele à Kisangani, la construction de bornes fontaines de Magobo à Kisangani, ont contribué pour un coût global de 41,205 USD à l’amélioration sensible des conditions de vie des populations.

 

Enfin, concernant les statistiques des patrouilles, la force de la MONUSCO a mené 1292 patrouilles armées, dont 321 patrouilles nocturnes, et fourni 58 escortes, pendant que 332 autres patrouilles ont été menées par les Observateurs Militaires de la Force.         PIO/MONUSCO

Les commentaires sont fermés.