Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

16/02/2011

Infos V-Day

 

LA CITÉ DE LA JOIE, UN NOUVEAU CENTRE RÉVOLUTIONNAIRE POUR LES FEMMES CONGOLAISES RESCAPÉES DE VIOLENCE LIÉE AU GENRE, FÊTE SON INAUGURATION LE 4 FÉVRIER À BUKAVU, EN RDC

Conçue par les femmes congolaises et créée par V-Day et la Fondation Panzi (RDC), avec le soutien de l’UNICEF, la Cité de la joie propose une nouvelle tribune et une nouvelle vision pour les femmes congolaises dans la recherche de la paix en RDC

 

Bukavu, RDC, le 4 février 2011­ : V-Day et la Fondation Panzi (RDC), avec le soutien du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), annoncent aujourd’hui l’ouverture de la Cité de la joie, une nouvelle communauté révolutionnaire pour les femmes congolaises rescapées de violence liée au genre à Bukavu, en République démocratique du Congo (RDC).  

La Cité de la joie fournira à un maximum de 180 femmes par an l’occasion de bénéficier d’activités de thérapie de groupe; en auto-défense ; en éducation sexuelle globale (comprenant le VIH/SIDA et le planning familial); en autonomisation économique ; en l’art du conte, de danse, de théâtre ; en écologie et horticulture.  Ce sont les femmes congolaises qui ont conçu la Cité de la joie, qui l’ont créée et l’ont développée, et qui vont la gérer et la diriger elles-mêmes.

La Cité de la joie marque le chapitre suivant de la campagne actuelle de V-Day, intitulée STOP AU VIOL DE NOTRE RESSOURCE LA PLUS PRÉCIEUSE : pouvoir aux femmes et aux filles de la RDC. Elle fournira une nouvelle tribune puissante qui permettra aux femmes congolaises de transformer leur douleur en pouvoir, de rétablir leur sentiment de pouvoir prendre leur propre vie en main, et de devenir des leaders et des responsables politiques qui piloteront la destinée de l’est du Congo vers la paix. Cette communauté investira dans la guérison et l’autonomisation des rescapées de la violence liée au genre, ces femmes qui constituent le meilleur espoir d’avoir un impact d’une portée considérable et positive sur l’avenir de la société congolaise.

 

« L’inauguration de la Cité de la joie représente le moment où les femmes du Congo transformeront leur douleur en pouvoir; où celles qui ont souffert si profondément, de manière si invisible, revendiqueront leurs droits, leur corps et leur avenir.  Ce sera un énorme privilège et un honneur d’être présente à cette occasion capitale », a affirmé Eve Ensler, dramaturge et fondatrice de V-Day.

 

« Cela fait des siècles que le Congo n’appartient pas aux Congolais·es.  Ce pays a toujours été pillé et occupé par des forces extérieures.  La Cité de la joie sera un endroit qui appartiendra aux Congolais·es, où les femmes seront poussées à prendre leur destin en main », dit Christine Schuler Deschryver, la Directrice de V-Day Congo et de la Cité de la joie.

La campagne STOP AU VIOL DE NOTRE RESSOURCE LA PLUS PRÉCIEUSE

Lancée en 2007, la campagne STOP AU VIOL DE NOTRE RESSOURCE LA PLUS PRÉCIEUSE : pouvoir aux femmes et aux filles de la RDC sensibilise et informe les gens partout dans le monde à propos du niveau de violence liée au genre en RDC et plaide pour le changement partout au Congo. Ces trois dernières années, cette campagne a remporté un grand succès, par la mobilisation d’activistes, l’organisation de manifestations et d’ateliers, et en permettant aux rescapées de dénoncer la violence. 

En 2010, plus de 425 activistes ont été formé·e·s à la lutte contre la violence sexuelle et 488 responsables administratifs, politiques, religieux et traditionnels y ont apporté leur soutien. Toutefois, malgré ces grands progrès, le conflit qui sévit dans l’est du Congo continue à affecter d’innombrables femmes et filles, et le besoin de cette campagne STOP AU VIOL DE NOTRE RESSOURCE LA PLUS PRÉCIEUSEreste énorme. La Cité de la joie servira de quartier général à cette campagne et sera un lieu à partir duquel le mouvement pourra continuer à s’intensifier et s’accélérer.

Conçue et développée par les femmes sur le terrain en partenariat avec V-Day et la Fondation Panzi (DRC), la construction de la Cité de la joie a commencé en septembre 2009.  L’UNICEF, avec des fonds des Comités nationaux de l’UNICEF, a supervisé la construction et l’a mise en œuvre. V-Day a récolté des fonds importants provenant de fondations privées, de contributions de personnes privées et de son vaste réseau mondial d’activistes.  Christine Schuler Deschryver, la directrice de V-Day basée à Bukavu, supervisera la Cité de la joie en tant que Directrice principale.

Une réunion mondiale de personnalités :

Cet événement mondial cherche à réunir des militantes du terrain, des leaders politiques et les parties prenantes avec les habitantes et le personnel de la Cité de la joie, afin de créer un chemin durable vers la santé et l’autonomisation des femmes congolaises. Des dignitaires congolais·es et de la région, des militant·e·s et les médias seront présents.

Les personnalités suivantes sont venues en RDC pour l’inauguration:

 

  • Eve Ensler, la fondatrice de V-Day
  • Charlize Theron, messagère de la paix des Nations Unies et sympathisante de V-Day
  • Melanne Verveer, l’Ambassadrice des États-Unis pour les questions des femmes dans le monde
  • Jan Schakowsky, membre du Congrès des États-Unis
  • Margot Wallström, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la violence sexuelle dans les conflits
  • Philippe Heffinck, le Représentant a.i. de l’UNICEF en RDC
  • Rosario Dawson, Carole Black, Pat Mitchell, Emily Scott Pottruck, Amy Rao, Susan Celia Swan, membres du Conseil d’administration de V-Day
  • Dylan McDermott, Naomi Klein, Thandie Newton, sympathisant·e·s de V-Day
  • Faida Mitifu, l’Ambassadrice du Congo aux États-Unis
  • Stephen Lewis, le co-fondateur de AIDS Free World

 

A propos du conflit en RDC

Le conflit actuel qui sévit en RDC depuis 13 ans, qui est alimenté par une course pour le contrôle des vastes ressources du Congo et qui est étroitement lié au génocide rwandais de 1994, a créé une crise humanitaire aux proportions épiques.  Depuis 1998, la violence liée au genre faite aux femmes et aux filles dans l’est de la RDC est utilisée comme arme de guerre afin de torturer, humilier et décimer non seulement les femmes et les filles, mais aussi des familles entières et des communautés dans leur ensemble. Les femmes et les filles ont subi l’esclavage sexuel, l’enlèvement, la détention illicite, le recrutement (de filles) dans les forces armées et la prostitution forcée.  Celles qui survivent à ces brutalités sont souvent ostracisées à cause de la stigmatisation liée au viol, ce qui leur laisse peu voire aucune possibilité économique de pourvoir à leurs propres besoins et à ceux de leurs enfants.  Comme avant la guerre, la discrimination envers les femmes et les filles sous-tend la violence perpétrée à leur encontre.  Le climat actuel d’impunité permet à la violence liée au genre de prospérer.

 

A propos de V-Day: 

V-Day est un mouvement mondial activiste visant à mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles, qui sensibilise les gens et récolte des fonds au moyen de productions de bienfaisance de la pièce aux multiples récompenses intitulée Les monologues du vagin, écrite par Eve Ensler, dramaturge et fondatrice de V-Day, ainsi que d’autres œuvres. En 2010, plus de 5 400 événements de bienfaisance V-Day ont eu lieu aux États-Unis et dans le monde entier, mis en scène par des militant·e·s bénévoles. Jusqu’à présent, V-Day a récolté plus de 80 millions de dollars US et sensibilisé des millions de personnes sur le problème de la violence faite aux femmes et aux filles, et sur le travail qui est fait pour y mettre fin. V-Day a élaboré des campagnes internationales de sensibilisation, d’information et de presse, rouvert des refuges pour femmes, et financé plus de 12 000 programmes communautaires antiviolence ainsi que des lieux sûrs en République démocratique du Congo, en Haïti, au Kenya, au Dakota du Sud, en Égypte et en Iraq. Plus de 300 millions de personnes ont vu un événement de bienfaisance dans leur communauté. En 2001, V-Day a été classée parmi les « 100 meilleures œuvres de bienfaisance » du magazine Worth (un magazine national américain de gestion de fortune) et en 2006, parmi les « 10 premières œuvres de bienfaisance » du magazine Marie Claire. En 2010, V-Day a été placée parmi les organisations sans but lucratif de premier rang par GreatNonprofits.

www.vday.org  /expressionrdc

Les commentaires sont fermés.