Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

19/02/2011

INFORMATIONS SUR LA VILLE D KISANGANI

MEPADOUVRE SES PORTES A KISANGANI

Secrétaire et Président MEPAD.jpg

Médias pour la Paix et la Démocratie vient de faire sa sortie officielle à Kisangani. Une ONG des Médias, créée depuis le mois de mars par l’équipe de direction du journal Mongongo de Kisangani.

A l’intégralité, voici le discours du Président du MEPAD, lors de la sortie officielle à Kisangain, dans à siège social situé dans la commune de la Makiso.

« Médias pour la Paix et la Démocratie »

Pour la Promotion d’une Presse Libre et Responsable

DISCOURS DU PRESIDENT DE L’ONG MEDIAS POUR LA PAIX ET LA DEMOCRATIE « MEPAD »

A l’occasion du lancement de Café Presse à Kisangani 19 février 2011

Son Excellence Monsieur le Ministre Provincial de Communication et Médias,

Monsieur le Chef de Division de Presse et Communication ;

Monsieur le Coordonnateur de la Haute Autorité des Médias ;

Monsieur le président de l’Union nationale de la presse du Congo ;

Monsieur le coordonnateur de l’observatoire des Médias Congolais ;

Chers confrères journalistes ;

De prime à bord, l’ong Médias pour la Paix et la Démocratie vous souhaite les bienvenus dans ses locaux à l’occasion du démarrage de Café Presse dans la ville de Kisangani.

Bien avant de parler du pourquoi de notre présence en ce lieu, avec votre permission Excellence Monsieur le ministre, permettez nous de présenter brièvement l’Ong MEPAD.

C’est une initiative qui a vu le jour en mars 2010 par l’équipe de direction du Journal Mongongo composée des Journalistes correspondants de l’Agence Syfia International, basée en France précisément à Montpellier. Notre objectif est celui de la promotion de médias pour l’éclosion d’une presse libre et responsable. Ceci passe par la formation des hommes de médias et d’autres personnes sur la bonne pratique du journalisme en faveur de la promotion des droits de l’homme avec un accent particulier sur les droits des femmes et des enfants. Nous avons aussi la mission de produire et de diffuser des informations journalistiques devant permettre aux citoyens et aux décideurs, de comprendre, de réfléchir sur leurs responsabilités afin d’agir pour faire avancer la communauté.

Nous nous sommes assignés aussi l’objectif de promouvoir et de défendre les droits des journalistes. Compter sur MEPAD à ce sujet chers confrères journalistes.

Tout en favorisant l’intégration des femmes dans les médias, MEPAD milite également à l’accès des citoyens des milieux ruraux à l’information vu le défi actuel ; rares sont les radios qui sont suivies à Yangambi, Bafwasende, Banalia, Ubundu…territoires qui partagent les frontières avec le chef lieu de la province.

Pour atteindre ces objectifs, MEPAD compte collaborer de façon constructive avec les associations de la société civile.

Monsieur le ministre provincial de la communication et médias,

Monsieur le chef de division de presse et communication ;

Chers confrères journalistes ;

Pourquoi « CAFE PRESSE » dans la province orientale particulièrement à Kisangani;

Les articles 24 et 25 de la constitution de notre pays du 18 février 2006 garantis le droit à la liberté d'expression à toute personne, sous réserve du respect de la loi, de l'ordre public et des bonnes mœurs et le droit d’être informé du citoyen.

Force est de constater que pendant les différents reportages réalisés par les journalistes du Journal Mongongo ; de nombreux responsables des services étatiques et paraétatiques, des ONG, des associations… se plaignent de manque de moyens financiers pour aborder la presse.

Des termes comme « coupage, occupation d’antenne, transports, consommables… » entravent le contact permanent entre ces deux partenaires.

Il ressort aussi de nos observations que la grande majorité des rédactions ne dispose pas de moyens pour le déplacement des journalistes vers les sources d’informations.

Ce fossé créé entre les journalistes et les autorités prive ainsi les journalistes et surtout la population de l’information crédible et viole le droit à l’information.

Il est à reconnaitre que les medias sont cependant grands dans le cœur de leurs auditeurs et lecteurs, car, sans eux, beaucoup de nos localités et citoyens sont privés des informations et donc incapables de faire des choix judicieux pour le développement.

Pour réduire cette distance entre professionnels des medias et les responsables qui détiennent les informations, "MEPAD" se propose d’organiser régulièrement des tables rondes où les responsables répondent aux questions des journalistes pour informer correctement les citoyens. Il ne s’agit pas d’un tribunal, ni moins d’un parti politique ou groupe de pression ; c’est un cadre d’échange reconnu par la constitution de la RDC. «Toute personne a droit à l'information ; une information objective, impartiale et pluraliste», surtout en cette période électorale, où on doit pratiquer un journalisme responsable.

Monsieur le ministre provincial de la communication et médias,

Permettez nous de faire ce rappel d’exhortation aux rédacteurs en chefs ici présents.

Chers confrères, un journalisme responsable est celui qui est appelé à :Dire mais sans nuire : le métier nous invite à raconter sans causer de tort à des individus ou à des groupes. Toujours penser aux conséquences parfois mortelles de stigmatisations ou de généralisations hâtives qui peuvent susciter des réactions violentes et dresser des groupes les uns contre les autres.

Notre rôle est aussi de Montrer mais sans choquer. L’objectif est d'informer non d'impressionner. Expliquer, présenter des faits même horribles en ne donnant que les informations utiles à l'article non pas toujours pour plaire à nos sources d’information ou à la ligne éditoriale du média au quel on preste. Evitons de tomber dans les descriptions gratuites et choquantes qui relèvent des Radios, Journaux de faits divers sans éthique, bien qu’on soit des médias des sensibilités diverses.

Notre mission est également de dénoncer mais sans condamner. Limitons nous à donner des explications sans porter de jugement. Le journaliste est "engagé" pour les bonnes causes : notre rôle est d'enquêter et de rapporter des faits et des témoignages sur ce qui fonctionne mal, non de jouer les policiers ou les juges.

Il est de notre devoir d’informer sans décourager : montrer aussi ce qui va bien.

Chers confrères, dans les pays comme la RDC où la vie quotidienne est souvent difficile, évitons de ne montrer que ce qui ne va pas, de mettre l'accent uniquement sur les problèmes, ce qui non seulement ne change rien à la situation mais peut la faire empirer.

«C'est le rôle du journaliste de dénicher ceux qui œuvrent dans l'ombre » pour faire avancer les bonnes causes, de s'intéresser à ce qui peut avoir valeur d'exemple positif pour nos auditeurs, téléspectateurs et nos lecteurs.

C’est à ce type d’information que nous voulons accéder les medias et les citoyens grâce au CAFE-PRESSE.

Nous avons dit

Fait à Kisangani le, 19 février 2011

Ernest MUKULI KASONGO

Président de l’ong MEPAD

Les commentaires sont fermés.