Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

26/07/2011

RDC:COMMUNICATION iPAD

LE SERVICE PUBLIC D’ELECTRICITE DE LA RDC ENDOSSE LA REUNION ANNUELLE DES INVESTISSEMENTS MINIERS

La compagnie d’électricité de la RDC, la Société Nationale d’électricité (SNEL), a annoncé son soutien à la réunion internationale annuelle d’entreprises sur les investissements en République Démocratique du Congo, l’iPAD RDC. Le Partenariat pour l’infrastructure et le développement en Afrique (iPAD) RDC est la première conférence et le principal salon permettant de regrouper les représentants du gouvernement de la RDC, les organisations paraétatiques, les entreprises locales et les investisseurs internationaux sous un même toit.

La République Démocratique du Congo est connue comme un pôle de ressources naturelles – richement pourvue en minerais tels que l’or, les diamants, le cuivre, le cobalt, le tantale, l’étain, le nickel et davantage. En outre, les abondantes ressources en eau ont le potentiel de produire suffisamment d’électricité pour le pays, la région et le continent. La RDC abandonne un héritage de troubles politiques et avance vers une nouvelle ère consacrée aux affaires sérieuses. Tandis que les risques sont présents, des perspectives plus lucratives concernant les investissements et les partenariats abondent. Le gouvernement de la RDC est activement à la recherche d’investisseurs ; et des cadres juridiques et réglementaires sont mis en place afin d’assurer des relations commerciales stables.

Du 3 au 4 octobre 2011, les synergies entre l’énergie et l’exploitation minière en RDC seront exploitées avec la réunion de plusieurs intervenants au Grand Hôtel à Kinshasa. Du 6 au 7 octobre 2011, la réunion aura lieu à Lubumbashi pour le Briefing Minier du Katanga, dont l’objet est d’explorer les infrastructures nécessaires afin de développer l’industrie minière et d’examiner le rôle joué par les exploiteurs et explorateurs miniers dans le développement social et économique de la province.

Importance de l’infrastructure électrique

« L’infrastructure électrique est un élément/composant essentiel à la renaissance de la RDC en tant que nation industrialisée. Le soutien de SNEL concernant cet évènement indique la synergie importante entre les secteurs miniers et électriques », souligne Nicole Smith, Directrice de Conférence pour l’ i PAD- RDC.

« Le programme est hautement stratégique, et l’évènement dans son ensemble reconnait que lorsque vous faites des affaires en RDC, il est tout aussi important de disposer d’informations pertinentes que de savoir avec qui traiter », a-t-elle ajouté.

Le programme de haut niveau comporte les points de discussions suivants : un aperçu du secteur énergétique en RDC et les opportunités de partenariat ; l’électrification et la sécurité énergétique pour une industrie minière opérationnelle ; des partenariats avec les compagnies minières afin de trouver des solutions aux problèmes relatifs à l’offre et à la demande ; les options de production d’électricité pour l’exploitation minière ; et une mise à jour concernant les plans fondeurs en RDC.

Afin de participer à cette réunion prestigieuse, et à cette interface avec SNEL et autres services en RDC, agences gouvernementales, exploiteurs et exploreurs de mines, visitez www.drRDC, agences gouvernementales, exploiteurs et exploreurs de mines, visitez www.drc.ipad-africa.com and inscrivez-vous dès aujourd’hui.

Message publicitaire de Brussels Airlines

La RDC avance vers une nouvelle ère pour les affaires. Des perspectives lucratives concernant les investissements et les partenariats abondent et le gouvernement est activement à la recherche d’investisseurs. Depuis les sept dernières années, il est de plus en plus su que la RDC – connue comme étant un pôle de ressources naturelles riche en ressources minérales, énergétiques et hydrauliques – organise son principal évènement international sur les investissements chaque octobre.

La conférence et le salon du Partenariat pour l’Infrastructure et le Développement en Afrique (iPAD) RDC est l’évènement annuel international stratégique destiné aux investissements dans l’exploitation minière, l’énergie et les infrastructures en RDC. Cet événement, qui se tiendra du 3 au 4

octobre 2011 au Grand Hôtel à Kinshasa, rend hommage à l’économie émergente et dynamique de la RDC en offrant une plate-forme à visiter pour les financiers internationaux, les sociétés minières et énergétiques, et les grands producteurs de l’industrie, leur permettant de participer et de se réunir avec des représentants du gouvernement et des services publics afin de trouver des solutions favorisant le développement des investissements et de l’industrie au sein de la nation.

Le Briefing Minier du Katanga est la principale réunion de l’industrie minière de la province. En tant que pôle dédié à l’exploitation minière de cuivre et de cobalt en RDC et la prospection, le Katanga constitue une province stratégique dont le développement des infrastructures est indispensable aux opérations d’exploitation minière. Le Briefing Minier du Katanga a pour objet d’explorer les infrastructures nécessaires à la croissance de l’industrie minière et d’examiner le rôle joué par les exploitants et explorateurs miniers dans le développement social et économique de la région. Le Briefing Minier du Katanga se tiendra du 6 au 7 octobre 2011 à l’Hôtel Grand Karavia à Lubumbashi, avec deux visites de sites miniers présentées le 8 octobre 2011.

 

Visitez www.drc.ipad-africa.com

Nicole L. Smith

Directrice : iPAD RDC & Katanga Mining Briefing

 

24/07/2011

RDC:APPEL DE L'HONORABLE KYAVIRO

République Démocratique du Congo

ASSEMBLEE NATIONALE

HONORABLE KYAVIRO Jean-Louis Ernest

Députe National

DECLARATION POLITIQUE


CONCERNE : APPEL A LA CONSCIENCE PATRIOTIQUE DES ACTEURS POLITIQUES CONGOLAIS DANS LEURS RAPPORTS AVEC LES ETRANGERS

A. INTRODUCTION

Très chers compatriotes, frères africains et personnes de bonnes de volonté.

Nous, KYAVIRO MALEMO Jean-Louis Ernest, Député National congolais ;

Compte tenu de la gravité des faits ;

Allons ce jour l’attirer l’attention du peuple congolais sur le bradage de notre souveraineté qui de passe sous nos yeux et dont les auteurs sont des respectables organisations qui, tout en briguant la magistrature suprême dans ce pays, n’hésitent pas à salir son image aux quatre coins de la terre et à promettre de mettre le pays à feu et à sang dès le 6/02/2011.

En l’occurrence, je voudrais partager avec tous les congolais qui réclament des élections apaisées en RDC, l’analyse du mémo remis par l’UDPS à Madame MAC CAIN, épouse de l’ancien concurrent du Président américain, le Sénateur républicain John MAC CAIN. Selon le Journal « CONGO NEWS » qui a publié le mémo de l’UDPS in extenso en fac-similé dans son édition du mercredi 20/07/2011, ladite CYNDI MAC CAIN a effectué une visite au siège de l’UDPS et a eu un entretien avec notamment le Secrétaire Général de ce parti, Maître JAQUEMAIN SHABANI et le Directeur de cabinet du Président de ce parti, Monsieur Albert MOLEKA.

La lecture dudit mémo, tel que résumé ci-dessous mets à nu le  bradage de notre souveraineté, des faussetés et une annonce des troubles post électorales contenus dans ce document. Regardons ce mémo de plus près dans sa forme et son contenu.

B.QUESTION FORMELLES

1. CADRE ET COMPETENCE DISCUTABLES. Certes, Madame MAC CAIN, qui est responsable d’une structure qui fait la promotion de la démocratie dans le monde a eu plusieurs contacts à Kinshasa pour mieux s’informer de la réalité politique congolaise. Cependant, il me parait excessif que le parti Républicain américain ait le droit d’auditer ainsi les affaires internes de notre pays. La réciprocité et l’égalité de tous les membres des Nations Unies devait rendre obligatoire une action similaire à Washington c’est-à-dire un dignitaire congolais qui devrait par exemple se rendre aux Etats Unis pour comprendre pourquoi le blocage des Républicains face aux initiatives financières du Président OBAMA, par exemple. Ici il y a manque total de réciprocité qui devrait interpeler notre gouvernement.

Pourtant, depuis les années 90, il est de coutume de voir nos politiciens faire le tour des capitales Occidentales avec des mémo portant exclusivement sur nos questions internes, et allant toujours dans le sens de montrer une image artificiellement noircie de notre pays et bien entendu de ses institutions, animées il est vrai par ceux que l’opposition traite parfois plus en ennemis qu’en, adversaires. Ces mémos malicieux et mensongers ont causé des tords au peuple congolais. La démarche de l’UDPS, qui brigue la magistrature et ne rate pas une occasion de calomnier le pays qu’il prétend vouloir diriger, reste dans cette logique machiavélique qui notre souveraineté.

2. BRADAGE DE LA SOUVERAINETE. En lisant le texte, on se rend compte qu’il ne s’agit que des faiblesses du processus électoral de la RDC. Des faiblesses dont certaines sont passées, comme celles de l’enrôlement qui est achevé au moment de la présentation dudit mémo. Des faiblesses qui ont été présentées d’abord à la CENI et qui, une fois résolues, entament un étrange voyage à partir du 18/07/2011. Truffées de mensonges et de faux raisonnement, sans la moindre note d’espoir ni la moindre suggestion, seront présentées non à la Maison Blanche, ni au Gouvernement américain, ni à Madame la Secrétaire d’Etat, ni au Congrès, ni à un sénateur, mais à une structure spécialisée du parti Républicain, celui-là même qui est prêt à déclencher une crise financière à l’échelle planétaire pour reprendre le pouvoir aux USA. Voila à quel niveau l’UDPS a trouvé opportun d’amener les dolences électorales du pays qu’il veut coute que coute diriger. Une façon de minimiser nos questions stratégiques internes et de les inclure dans les luttes politiques étrangères. Il est en effet clair que dans leur critique de la politique africaine d’OBAMA, les républicains ne pourront trouver comme source préférentielles que les documents recueillis par eux même, dont le mémo mensonger de l’UDPS. Comment quelqu’un qui veut diriger une des plus grandes puissances africaines peut-il distribuer des documents qui calomnient son propre pays ? Même si les républicains aiment le Congo, ce dernier n’est pas leur priorité, mais bel et bien l’intérêt des citoyens américains. Tout sénateur américain est élu pour défendre les intérêts des américains et le Congo a aussi ses sénateurs qui se préoccupent des problèmes congolais et qui comme leurs homologues américains, sont démocratiquement élus. Pourquoi l’UDPS veut-elle octroyer une compétence universelle au Sénat américain ? Le monde peut-il être sécurisé si seule la volonté d’une seule nation dirige la planète ?

3. LE MEPRIS DES INSTUTIONS. En confiant ce texte plein de fausses accusations et faux raisonnements aux élus américains, l’UDPS crache sur le parlement congolais et les congolais qui y ont investi des compatriotes. A notre humble avis, elle nous annonce qu’une fois au pouvoir, ce sont les intérêts étrangers qui prévaudront. Un avertissement que tous les patriotes ont compris : désormais, personne ne sera dupe quand certains se présenteront comme nationalistes.

4. AVEU DE DEPENDENCE EXTERIEURE. L’organisation précitée vient ainsi de montrer qu’elle dépend plus des avis et des solutions extérieures. L’UDPS vient de montrer aux congolais dont elle prétend résoudre les problèmes que ces derniers doivent avant tout compter sur les respectables épouses des parlementaires étrangers. Les voix qui lui seront accordées aux élections lui permettront de mieux outiller les sénateurs républicains, pour les intérêts américains bien entendu. Comment alors pourront nous réaliser des contrats avec d’autres pays ? Comment pourront nous avoir le moindre secret d’état ?

5. COMPLEXE D’INFERIORITE. En évitant de s’adresser aux instances officielles et en négligeant de présenter son mémo à toute personnalité africaine ou congolaise et en préférant la respectable épouse du Sénateur MAC CAIN, l’UDPS viole sa propre doctrine qui prône chaque jour que le Congo doit être construit d’abord par les congolais. Elle présente d’une élite africaine d’un type suranné, celle d’un leadership à la main tendue, celle de l’Afrique complexée.

C. QUESTIONS DE FOND

6. LA PAUVRETE DU TEXTE. Le texte est d’un déterminisme et d’une étroitesse de vue qui surprend. L’UDPS, qui a l’occasion de s’adresser à des responsables américains se limite à transformer Madame MAC CAIN en Mur des Lamentations. Elle ne donne que des points négatifs de son pays. Elle ne fait aucune suggestion, se limitant à menacer de tout casser le 6/12/2011. Et ce à un moment où le Congo ou le monde compte tant sur les USA sur des dossiers importants. A un moment où les congolais attendent de l’UDPS la sagesse accumulée par 29 ans d’existence, elle nous calomnie à l’étranger !! Ainsi, le Congo attend par exemple des USA l’appui en vue d’alléger l’embargo injuste qui frappe l’équipement de notre armée. Rien n’est dit sur les conséquences logiques de l’implication de la CIA dans l’assassinat de Lumumba. Rien sur la nécessité d’un moratoire sur l’application de certaines mesures frappant les matières précieuses du Kivu dans le mesure où les mécanismes de certification doivent être d’abord mis en place rapidement pour ne pas pénaliser les petits creuseurs congolais (dont l’UDPS aura besoin dans sa campagne). Rien sur la LIBYE, rien sur le Guinée, rien sur la Côte d’Ivoire, rien sur l’implication de certaines entreprises américaines dans l’exploitation illégale des matières précieuses congolaises, rien sur le Sud Soudan qui pourtant vient de faire sauter le verrou du principe de l’intangibilité des frontières héritées de la colonisation. Un fait qui risque d’inaugurer un vaste démembrement du continent. Rien sur la nécessité pour les US et surtout les Républicains comme MAC CAIN, de cesser de bloquer le processus de KYOTO. Rien sur les dangers de l’actuelle attitude des Républicains qui risque de plonger le monde dans une terrible crise économico financière. Rien que des accusations contre l’adversaire qu’est le régime en Place. Sans la moindre proposition, sans le moindre espoir. On a l’impression que l’UDPS s’adresse à un partenaire parfait, qu’il faut flatter, l’Occident ; et parle d’un ennemi qu’il faut salir au maximum : le pouvoir en place.

7. FAUSSETES ET MENSONGES. a/ Mensonge sur l’organisation des élections de 2006. La deuxième ligne du mémo affirme que c’est la communauté internationale qui a organisé les élections en 2006. Ceci est une grave injure aux agents de la CEEI et aux policiers morts en mission de sécurisation du processus ou lors des troubles post électoraux. Policiers et agents dont certains sont d’ailleurs victimes de violences organisées par des opposants congolais. C’est cracher sur le travail des agents électoraux, des fonctionnaires des parlementaires, des chargés de conception et d’opérations de la CEEI qui ont émerveillé le monde entier et ont effectivement aidé d’autres pays par la suite dont le Togo, le Nigeria, l’Afrique du sud et même la Belgique. b/ Mensonge sur l’enrôlement de Kinshasa. Signé en date du 18/07/2011, le mémo de l’UDPS ment en disant aux américains que la ville de Kinshasa n’a eu que 60 jours pour s’enrôler alors que trois jours plus tôt les 75 jours de Kinshasa étaient déjà épuisés et que malgré tout la CENI recevait toujours ceux qui avaient des jetons et ont eu du retard pour se faire inscrire. Pourquoi l’UDPS qui affirme lutter contre les antivaleurs a-t-elle calomnié son propre pays à l’étranger ? Alors qu’il n’y eu que des cas isolés vite réprimés, ce part affirme que tous les militaires congolais et les policiers ont été « systématiquement enrôlés ». Le mot « systématique » veut dire de façon organisée, ouverte et presque sans exception. Ceci est faux car les quelques cas trouvés ont été immédiatement réprimés. Calomnie contre le Chef de l’Etat. Elle accuse le Chef de l’Etat d’avoir bloqué la CENI alors que c’est bien l’opposition qui a refusé de respecter les critères et a obligé la Majorité à accepter finalement ses candidats pour ne pas tomber dans le piège du jeu du délai qu’affectionne une opposition qui, désemparée, ne rêve ce jour que d’un soulèvement pour s’emparer du pouvoir avec violence. Ceci est calomnieux car dans les deux jours qui ont suivi l’entérinement des membres par l’Assemblée Nationale, la CENI était installée et prêtait serment. Le Président de la République n’avait rien à voir dans ce retard. Pourquoi calomnier Son Excellence Joseph KABILA sur une matière que tout le monde a suivie à la loupe en RDC et partout ailleurs?

8. SILENCE SUR SES PRORES FAIBLESSES. L’UDPS ne dit pas que ses militants chantent tous les jours des chansons pleines d’injures et de tribalisme où même le Chef de l’Etat n’est pas épargné. Une véritable culture de l’injure et de l’incivisme : Ses militants détruisent souvent des biens meubles et immeubles des autres partis. Ils marchent souvent avec des armes blanches et des objets contondants, déchirent les drapeaux des autres partis, injurient…tout cela dans une formation qui prétend instaurer un état de droit en RDC et qui ne discipline ni ne sanctionne ces fréquents dérapages de ses propres membres et sympathisants.

9. VISEES SUBVERSIVES. Nous trouvons étrange que l’UDPS, qui sait le tous les congolais exigent les élections apaisées, prône des violences après le 6 décembre 2011. Pourtant ce sera 8 jours après les élections prévues au 28 novembre. Elle est donc certainement sûre de les perdre. Les amis ne comptent donc pas sur la voie démocratique, mais sur les voies des faits.

10. ABERRATIONS INTELLECTUELLES. L’UDPS affirme dans son mémo que les élections de 2006 se sont déroulé sans que certains préalables ne soient remplis. Mais c’est quand on jette un coup d’œil sur deux de ces préalables qu’on se rend compte qu’ils sont totalement illogiques, voire insensés. Ainsi, l’UDPS, comme deuxième préalable en 2006, prétend que la reconstruction du pays devait s’achever avant les premières élections. Au vu de l’Etat du pays, on devrait allonger la transition d’au moins vingt ans. Ce qui était impensable. Pire, le dernier préalable paraît incompréhensible : nos frères présentent comme préalable non réalisé en 2006, l’organisation des élections démocratiques à tous les niveaux (c’est à lire noir sur blanc au deuxième paragraphe du mémo)!!! Comment nous reproche-t-on de n’avoir pas organisé des élections avant les élections ? Chose intellectuellement aberrante, qui laisse croire que le document a été soit écrite dans la précipitation, soit dans le but d’orienter le lecteur vers des horizons connus des seuls auteurs? Enfin le parti explique pourquoi il a quitté le processus mais ne dit pas pourquoi il est revenu car il répète les mêmes critiques que celles d’il y a 5 ans. Voila le document qui prétend résumer la situation du Congo, à présenter selon l’UDSP à un sénateur américain.

11. NUISANCE DU MEMO : Le Document est nuisible au Congo et à toute l’Afrique. Ce mémo qui va sans doute circuler et passer pour le point de vue de l’opposition est totalement négatif, il est plein de faussetés et destiné à induire  le peuple américain en erreur. Il donne une sale image du pays et ne propose rien. Que feront les Républicains de ce mémo ? Ne va-t-il pas fragiliser le pouvoir démocrate en pleine crise financière ?

12. Enfin effet la démarche de l’UDPS prend à contre pied l’administration OBAMA qui prône la prise en charge des africains par eux-mêmes. C’est une approche respectueuse et responsable qui a eu et a le soutien de tous les leaders qui veulent voir l’Afrique décoller vraiment. Pourtant nos frères préfèrent la dépendance. Ils vilipendent à coups de mensonges leur propre pays à travers le monde et donnent des arguments au parti Républicain qui aura ainsi des armes supplémentaires pour déstabiliser un OBAMA dont la présence à la maison blanche est un atout pour l’Afrique. A ce titre l’initiative de l’UDPS est nuisible à tout le continent. En effet tout ennemi ne peut que rêver d’une Afrique dont les dirigeants peuvent chaque matin présenter des doléances aux parlementaires étrangers.

D. CONCLUSION

La période que nous traversons est caractérisée d’une par la volonté des africains à ne plus se laisser diriger n’importe comment et de l’autre par la volonté de l’Occident de maintenir ses avantage exorbitants en récupérant pour son compte le soulèvement des africains contre des dirigeants qui en fait étaient ses collaborateurs hier encore. Malheureusement, les réponses des dirigeants africains sont lentes, incohérentes et inefficaces. Les autres en profitent pour jouer aux gendarmes, passant outre les appels à la retenue de l’Union africaine.

Aujourd’hui en effet, les africains veulent plus d’autonomie dans la gestion de leurs pays et de leurs ressources bloquées par l’Occident qui utilisait les MOUBARAK, KADHAFFI, BEN ALI…Une fois ces derniers vomis, les Occidentaux sont maintenant prêt à ouvrir les bras à leurs ennemis, à leurs donner armes, argent et munitions pour que ces derniers restent dans leur giron. Cette attitude est encouragée par nos frères qui rivalisent en accusations et en sollicitation. Depuis la colonisation, les Occidentaux ont choisi de nous diviser pour régner. Il est regrettable que ceux qui veulent prendre le pouvoir reprennent encore les accusations à Washington qui nous ont fait perdre tant de braves compatriotes dont Lumumba.

Tout congolais conscient de son histoire et des défis du futur ne peut rester muet face à un tel dérapage de la part d’une organisation qui se dit nationaliste.

En effet, il est clair que le mémo n’était pas adressé au pouvoir en place aux Etats Unis mais à certains lobbies bien placés. Il ne résume pas objectivement la situation et nous amène à des conclusions pessimistes, avec une possibilité de type apocalyptique. Ce document brade la souveraineté, du pays, calomnie les institutions et cherche à justifier une déstabilisation ultérieure du pays.

Il est adressé à ceux qui font la vie dure à Barak OBAMA, à des organisations qui sont prête à déstabiliser l’économie du monde entier pour le voir échouer. À l’adversaire du premier Nègre de la Maison Blanche, parmi lesquels certains ont des motivations purement racistes. Il n’a apporte rien à l’Afrique et au Congo. Il confirme que ses auteurs ne croient pas en une victoire électorale, mais à un soulèvement dont ils cherchent le soutien extérieur. Il s’instruit dans l’actuelle déstabilisation des puissances africaines et ne saurait être négligé.

E. DECISIONS ET SUGGESTIONS

Sentant le danger de cette initiative sur la souveraineté, le processus électoral et l’intégrité de la RDC ;

Conscient qu’il ne saurait être question de laisser le pays être dirigé par des personnes capables d’amener ses questions internes dans les instances étrangères ;

Indignés par les contre vérité, le mépris des institutions et du peuple dans cette démarche ;

Déterminés à barrer la route à toute tentative d’endormir le peuple par des discours nationalistes sur fond d’actes néo colonialistes :

1. Nous condamnons cette initiative qui méprise nos questions internes et stratégiques et ne propose que la violence post électorale.

2. Devant Dieu et devant l’histoire, attirons l’attention du Gouvernement américain sur le danger de soutenir ce genre de schéma en RDC ou ailleurs, il y va de la stabilité du monde.

3. Condamnons tout plan de déstabilisation post électoral en violation des aspirations du repeuple qui rêve d’une élection apaisée et avertissons le monde entier que le peuple congolais n’acceptera jamais un pouvoir issu de manœuvres extra électorales.

4. Demandons à l’UDPS d’être plus respectueux des faits, des intérêts du pays et des partenaires dans ses rapports avec l’extérieur du pays.

5. Demandons au Gouvernent et à la Majorité de lancer une campagne d’éducation patriotique pour mieux armer le peuple.

6. Décidons ce jour de mobiliser tous les congolais afin que le pays ne soit jamais dirigé  par un groupe de personnes promptes à les confier à calomnier leurs frères et leur pays.

7. Demandons à l’Union Africaine d’organiser très vite un sommet spécial pour sauver l’Afrique des ingérences et du démembrement.

DIEU BENISSE L’AFRIQUE !

Fait à Kinshasa, le 24/11/2011

KYAVIRO MALEMEO Jean-Louis Ernest

Député National


15/07/2011

RDC:SOCIETE

Tension politique à Mbuji-Mayi: Ngoyi Kasanji et Roger Lumbala appellent à l’apaisement

 Le gouverneur du Kasaï-Oriental, Alphonse Ngoyi Kasanji, s’est entretenu, mercredi 13 juillet, dans son cabinet de travail à Mbuji-Mayi, avec le député national Roger Lumbala, président du Rassemblement congolais pour la démocratie/National (RCD/N). Ils ont évoqué la situation politique tendue dans la ville de Mbuji-Mayi depuis plus d’une semaine.

Cette atmosphère fait suite à des rassemblements publics, appelés  »matinées politiques », tenus à l’initiative respectivement d’Alphonse Ngoyi Kasanji, le mardi 5 juillet, et de Roger Lumbala, le samedi 9 juillet.

Les deux personnalités ont accepté de privilégier le dialogue et favoriser un climat politique apaisé entre les deux camps.

Pour les proches du gouverneur, les auteurs de propos outrageants à l’endroit du pouvoir établi étaient passibles de poursuites judiciaires. Selon eux, les présumés auteurs d’actes de vandalisme sur l’effigie du chef de l’Etat devraient aussi faire l’objet de poursuites.

De son côté, la plate-forme «Soutien à Etienne Tshisekedi» (Set) voulait que le gouverneur Kasanji reconnaisse qu’il avait manqué de respect vis-à-vis de leur leader politique [président national de l’UDPS] par des injures, au cours de sa matinée politique. Ils exigeaient des excuses.

Après la rencontre de ce mercredi, Roger Lumbala affirme que le gouverneur ne reconnaît pas avoir tenu les propos qui lui sont reprochés.

En revanche, Alphonse Ngoyi Kasanji indique qu’il examinera la demande d’arrêt de poursuites judiciaires contre les organisateurs de la manifestation d’opposition. Le conseil provincial de sécurité devrait se pencher sur la question.

Quant aux quatre autres jeunes de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) mis aux arrêts, le gouverneur estime qu’il appartient à la justice de se prononcer sur leur cas.

R.O/Expression-rdc

INSECURITE A L'EST DU CONGO KINSHASA

Walungu: une embuscade des présumés rebelles FDLR fait trois morts et six blessés

Deux véhicules sont tombés dans une embuscade tendue par des présumés éléments des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), jeudi 14 juillet dans la soirée, sur la route Bukavu-Mwenga aux environs du village de Bwahungu en territoire de Walungu(Sud-Kivu). Bilan: trois morts, six blessés, des biens des passagers et du matériel électoral emportés.

Selon des sources concordantes, les assaillants se sont embusqués dans un ravin au bord de la route au niveau du pont Masululu, dans le village de Bwahungu. Ils ont ouvert le feu sur un camion de marque Fuso qui revenait de Mwenga avec des passagers et des marchandises.

Un colonel des Force armées de la RDC (FARDC), embarqué dans ce camion, a riposté aux tirs des assaillants. Lui et un autre passager sont morts dans l’échange de tirs qui a suivi.

Un troisième passager a succombé à ses blessures vers trois heures du matin, ce vendredi 15 juillet, à l’hôpital de Walungu. Il y avait été conduit d’urgence par les éléments du 102ème régiment des FARDC venus sur le lieu du drame.

Une jeep de la Ceni qui roulait derrière le camion a également été prise pour cible à 5 Km de l’endroit de la première attaque.

Les malfrats ont dégonflé les pneus de ce véhicule et emporté deux kits électoraux de la Ceni.

Selon des sources militaires proches de la direction de l’opération  Amani Leo, ces présumés FDLR proviendraient du village de Ngando, dans le territoire de Mwenga. Les assaillants ont pris fuite après leurs forfaits.

R.O/Expression-rdc

11/07/2011

Crash Hewa Bora:Nouvelle en brève

Crash de Kisangani: Quelle est la position du Gouvernement Congolais ?

  Hewa Bora : deux fois c’est trop !

 

Des multiples questions sont au cœur de la  population Congolaise :

Le vendredi 8 juillet 2011 reste une date inoubliable à Kisangani. La RDC a perdue d’une manière inattendue, les femmes, jeunes et vieux, responsables des familles, etc…les hommes  ont rendu l’Ame suite à un crache d’avion.  

La compagnie Hewa Bora enregistre des craches et les civiles ne sont  épargnés. Qui vont déterminer les causes et circonstances de ce crache ? Pourquoi l’Aviation Civile n’est toujours en mesure de prendre des choses à mais et sanctionner de telles compagnies qui enregistrent des morts ? Faut-il encore   getter l’éponge ? Est-ce que les victimes des compagnies aériennes au Congo Kinshasa sont –ils réellement dédommagés ? Pourquoi le Gouvernement congolais n’arrive pas à relancer la Ligne Aérienne Congolaise(LAC) ? Où sont parti les Avions de LAC ?

S’il ya eu mauvais temps, donc l’avion devrait se rendre à Goma, à Kindu, voir Bukavu ou faire sa décente à l’Aéroport de Simi –Simi au centre  ville de Kisangani. Cette fois-ci le gouvernement congolais devrait lancer une nouvelle impulsion et chercher comment éradiquer le secteur de l’Aviation Civile au pays?

Est-ce que parmi les pilotes qui étaient au bord, y avait-il un stagiaire ?

 

Enquête

Dimanche 9 juillet, le réseau national des organisations de défense des droits de l’homme en RDC (Renadhoc) se dit profondément préoccupé par les crashes à répétition de ces dernières années en RDC, estimant que celui de Kisangani est de trop.

Cette organisation a recommandé au gouvernement d’intégrer les activistes des droits de l’homme et les experts internationaux en aviation civile dans l’enquête qui sera diligentée pour déterminer les causes et les circonstances du crash de Kisangani.

Elle invite aussi le gouvernement congolais à moderniser les aéroports de la RD Congo pour les rendre conformes aux normes internationales du système aéronautique.

Vendredi 8 juillet, un Boeing 727 de Hewa Bora a crashé à l’aéroport international de Bangboka (Kisangani) dans la Province orientale de la RDC, faisant plus de soixante-dix victimes. L’appareil transportait près de cent douze passagers. Le pilote a raté son atterrissage à cause du mauvais temps, ont indiqué  des sources aéroportuaires.

 R.O/Expression

RDC:Communiqué OLPA

OLPA exige le rétablissement du signal de RLTV

à Kinshasa

 

Kinshasa, le 9 juillet 2011. L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), réseau africain d’experts juristes et journalistes volontaires pour la défense et la promotion de la liberté de la presse, exige le rétablissement immédiat et inconditionnel du signal de la Radio Lisanga Télévision (RLTV), une station privée de  radio et télévision émettant à Kinshasa, capitale de la  République démocratique du Congo (RDC).

 La Radio Lisanga Télévision, propriété de Roger Lumbala, chef du parti d’opposition RCDN (Rassemblement congolais des démocrates et nationalistes) qui soutient ouvertement la candidature de l’opposant Etienne Tshisekedi à la présidentielle du 28 novembre 2011,  a été réduite au silence, le 9 juillet 2011, à 12 heures (heure locale) sur instruction du ministre de la Communication et des médias, Lambert Mende Omalanga.

 Un communiqué relatif à la mesure d’interdiction de RLTV a été lu, dans la soirée du 9 juillet 2011, sur les antennes de la chaîne publique RTNC (Radio-télévision nationale congolaise), alors que le signal de RLTV a été coupé plusieurs heures plutôt. Le ministre Mende a rendu public un arrêté ministériel n°037 portant interdiction de diffusion des programmes de Radio Lisanga Télévision sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo.

 Le ministre accuse RLTV de faire l’apologie de la violence, d’incitation à la haine et de vouloir compromettre le processus électoral à cause de la diffusion quotidienne d’une émission intitulée « SET » (Soutien à Etienne Tshisekedi).

 Cette interdiction intervient 20 jours après l’agression brutale de Baby Balukuna, journaliste et présentateur de l’émission « SET ». Il a été agressé, le 19 juin 2011, dans la soirée par un groupe d’individus non autrement identifié munis d’armes blanches dans l’enceinte de RLTV dans la commune de Gombe, au centre-ville de Kinshasa. Et aucune n’enquête n’a eu lieu pour élucider les circonstances de cette agression ni en déterminer les auteurs.

 Eu égard à ce qui précède, OLPA dénonce les irrégularités dans la publication et la mise en pratique de l’arrêté portant interdiction de RLTV. Cette mesure constitue une entrave à la libre circulation de l’information. Il s’agit donc d’une atteinte grave à la liberté de la presse garantie par la loi de la République démocratique du Congo et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme.

 Par voie de conséquence, OLPA prie instamment le Gouvernement à lever cette mesure d’interdiction et à rétablir immédiatement et sans aucune condition le signal de la RLTV.

 OLPA exhorte enfin les autorités congolaises à accélérer le processus de la mise en place du Conseil supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) par la nomination des personnalités réellement indépendantes à la tête de cette structure publique de régulation des médias.